La filiale de l'armateur basé à Marseille, Marfret, a démarré un service de navette ferroviaire hebdomadaire entre le Terminal conteneurs et marchandises diverses (TCMD) de Grand-Couronne-Moulineaux (port de Rouen) et Bonneuil-sur-Marne (ports de Paris). Consolidation de son approche multimodale sur l'axe Seine et de son ancrage rouennais.

Fluviofeeder Armement croit manifestement en l'axe Seine. La filiale de l'armateur marseillais a démarré un service de navette ferroviaire hebdomadaire offrant une capacité de 72 conteneurs EVP entre le Terminal conteneurs et marchandises diverses (TCMD) de Grand-Couronne-Moulineaux (Haropa- Port de Rouen) et Bonneuil-sur-Marne (Haropa-Ports de Paris). Son initiative est soutenue par Haropa-Port de Rouen via une aide au démarrage. Une fréquence portée à deux voire trois allers-retours par semaine à partir de juillet 2020 est d’ores et déjà envisagée par l’opérateur. En attendant, la première navette tractée par Europort, longue de 530 m et composée de 27 wagons Thouax, est arrivée au TCMD de Rouen jeudi 3 octobre.

Cette consolidation de son hub rouennais avait été annoncée en juin dernier par Guillaume Vidil lors du Business Event organisé à Rouen par Haropa sur le thème « Rouen au cœur de la Supply Chain ». Les 24 et 25 septembre à Lille, le directeur général de Marfret décrivait le système devant les participants au colloque « Le port du futur » en guise de supports à la thématique « Hinterland et report modal ».

« Le Hub de Rouen a pour vocation de proposer aux chargeurs et aux réceptionnaires une offre de service logistique déporté regroupant sur un même terminal l’ensemble des prestations liées au conteneur (réparations, zone de traitement des reefers, mesures de gaz....). L’objectif est de permettre à nos clients d’optimiser leur flux via un outil performant en termes d’entreposage et de réaliser des économies puisque nous offrons une franchise de stationnement supérieure à celle qui est pratiquée dans les terminaux maritimes », indique Guillaume Vidil. Le fret est stocké dans les entrepôts de sa filiale Somap établis en bord à quai au TCMD Rouen « puis acheminé par le mode de transport le plus pertinent au fur et à mesure des besoins du client », ajoute le dirigeant.

Émettre des connaissements Rouen

Ce nouveau service ferroviaire est calé sur les opérations commerciales  de la liaison fluviomaritime entre Rouen et Le Havre assurée depuis plusieurs années par Fluviofeeder au moyen de son navire Lydia. Reliant le TCMD au terminal Port 2000, celle-ci est très appréciée par les commissionnaires de transport et transitaires de la place rouennaise dans la mesure où elle leur permet d’émettre des connaissements Rouen sur des destinations maritimes comme la Côte d’Afrique ou l'Outre-mer, à l’heure où les grands porte-conteneurs en ligne sur ces destinations ne remontent plus la Seine.

Autre atout que l’on ne manque pas de faire valoir du côté de Marfret : « l’acheminement par trains depuis Rouen vers le terminal de Bonneuil-sur-Marne permet d’offrir aux clients de nouvelles destinations par voies ferroviaires, tant vers le nord et le sud de la France, que vers l’Europe, comme Novara en Italie ».

Robert Querret