Formulés dans le cadre du château de Bénouville, les voeux institutionnels de Brittany Ferries se sont tenus à quelques jours du Brexit mais en présence de l'ambassadeure d’Irlande en France. ©irishembassy

 

Formulés dans le cadre du château de Bénouville en bordure du canal maritime de Caen, les vœux institutionnels de Brittany Ferries le 24 janvier avaient cette année une acuité particulière, précédant de quelques jours le retrait officiel du Royaume-Uni de l’Union européenne. À cette occasion, la compagnie bretonne a annoncé son lancement dans un nouveau métier...

C’est dans le même édifice néo-classique, œuvre de l’architecte Claude-Nicolas Ledoux, qu’avait été célébré en 2016 le 30e anniversaire  de la liaison Caen-Ouistreham - Portsmouth, ligne phare de l’entreprise de Roscoff, parvenue à tisser sa toile à l’ouest de la Manche, à l’écart des routes maritimes à grand débit du Détroit et du Tunnel. « Depuis cette célébration, le Royaume-Uni a enclenché le Brexit et la Normandie a réalisé son union » rappelle Jean-Marc Roué, le président de l’armement, ne manquant pas de souligner le soutien constant des collectivités locales « durant les années tumultueuses au cours desquelles Brittany Ferries a dû garder le cap ».

« Parmi les enjeux du Brexit, les chaînes d’approvisionnement vont évoluer et nous allons devoir nous adapter très vite » analyse Jean-Marc Roué. L’heure est donc à une diversification stratégique majeure de l’activité. Ainsi Brittany Ferries va-t-il prendre le rail en investissant directement dans l’exploitation d’une autoroute ferroviaire entre Cherbourg et le Pays Basque (Bayonne dans un premier temps). Avec en perspective, un deuxième itinéraire entre Sète et le port normand. Ce projet vise à développer le marché des remorques routières non accompagnées et devrait notamment conforter la croissance du trafic roulier cherbourgeois avec l’Irlande (+ 20 %) en 2019.

Contribution financière de la Région

Au travers de Ports de Normandie, la Région va apporter une contribution financière à cet investissement qui bénéficiera de Fonds européens, devrait annoncer Hervé Morin, son président, le 12 février à Caen. Disposant d’un réseau ferroviaire portuaire hérité de l’époque où le trafic Toyota était l’un des fleurons de l’établissement, Port de Cherbourg SAS va donc aménager un chantier de ferroutage à proximité des passerelles utilisées pour les lignes transmanche vers Poole, Portsmouth, Rosslare et Dublin. Celui-ci devrait être opérationnel avant l’été 2021.

Invitée, Patricia O’Brien, ambassadeure d’Irlande en France, s’est plu à souligner qu’avec le Brexit, la France était devenue le plus proche voisin européen du sien.

Robert Querret       

Brittany Ferries construit progressivement son arc Atlantique

Transmanche : « Le post-Brexit ne se résout pas à la longueur des files de camions »

Irlande-Espagne : Brittany Ferries modifie la route de son service