Le chantier naval sud-coréen Hyundai Heavy Industries (HHI) termine l'année sur une belle floraison de commandes.  En 2019, HHI aura engrangé 137 navires d’une valeur cumulée de 12,28 Md$, soit 77 % de l’objectif qu’il s’était fixé pour l’année.

La fin d’année a été fructueuse pour le groupe Hyundai Heavy Industries. Le 26 décembre, le constructeur sud-coréen a annoncé successivement deux commandes, l'une de six navires, l'autre de deux unités. La première, totalisant 291,2 M$, comprend deux VLCC (188,4 M$), pour le compte d'un armateur asiatique, dont le nom n’a pas été dévoilé, et quatre porte-conteneurs de 1 800 EVP à destination d'Evergreen, son premier contrat avec la compagnie taïwanaise. Les grands transporteurs de brut ont été alloués au chantier Hyundai Samho Heavy Industries tandis que les porte-conteneurs (102,8 M$) seront construits par le chantier Hyundai Mipo d’Ulsan et livrés à partir de 2021. D’un type intégrant le concept « Con-Green » développé en partenariat avec MAN Energy Solutions et DNV GL, ils répondront aux critères de la phase 3 de l’Energy Efficiency Design Index (EEDI) qui entrera en vigueur au 1er janvier 2025.

Le même jour, le carnet de commande s'est étoffé d'un méthanier et d'un VLCC d’une valeur cumulée de 280 M$ pour deux clients asiatiques. Livrables en juin 2022 et août 2021, ils seront également construits par le chantier Hyundai Samho Heavy Industries.

2,2 Md$ 

La semaine précédente, HHI avait déjà engrangé plusieurs nouvelles constructions, d’une valeur combinée de quelque 2,2 Md$, réparties entre les trois chantiers du groupe. En particulier dix méthaniers de GNL, dotés de moteurs dual-fuel, dont deux unités de 174 000 m3 destinés à des clients américains, européens et asiatiques, à qui ils seront livrés à partir de mi-2022.

Les autres contrats portaient sur huit transporteurs de vracs liquides : deux pour le GPL, cinq pour le pétrole et un pour des produits raffinés chimiques acquis par des armateurs grecs et asiatiques. En 2019, HHI a ainsi enregistré la commande de 137 navires d’une valeur cumulée de 12,28 Md$, soit 77 % de l’objectif qu’il s’était fixé pour l’année.

Thierry Joly