©HMM

 

HMM a détrôné en à peine quelques mois MSC dans le gigantisme. Le mégamax, nouvel étalon des rapports de force entre armements, devient un profil de plus en plus familier des mers et océans. Le HMM Algésiras est le premier porte-conteneur livré d’un programme de géants et le seul à hériter d’un nom de port méditerranéen. Si Le Havre aura son porte-conteneur, il le doit à un armateur sud-coréen...

Ils sont douze, tous capables de charger plus de 23 000 EVP et portent tous le nom d’un port européen : Algésiras, Copenhague, Dublin, Dublin, Gdansk, Hambourg, Helsinki, Le Havre, Oslo, Rotterdam, Southampton, Stockholm et Saint-Pétersbourg. Commandés fin 2018 par l’armateur sud-coréen HMM aux chantier navals Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME) et Samsung Heavy Industries (SHI), le premier d’entre eux vient d’être livré à l’occasion d’une cérémonie en présence de Moon Jae-In, le président sud-coréen, accompagné du vice-premier ministre et ministre de l'Économie et des Finances et du ministre des Océans et de la Pêche. Il est le seul à honorer un port méditerranéen : Algésiras.

Le HMM Algesiras sera déployé sur la longue route commerciale reliant l’Asie à l’Europe du Nord, sur le service Far East Europe 4 (FE4) de THE Alliance. HMM, qui a rejoint l’alliance depuis le 1er avril 2020, était notamment convoité par ses membres (Hapag-Lloyd, One, Yang Ming) pour la force d’appoint qu’allaient lui apporter ces nouveaux géants des mers. L’arrivée du nouveau jumbo a une autre valeur. Le sud-coréen, qui a quitté l'alliance 2M entre Maersk et MSC, où il avait un statut de simple partenaire, signe ainsi son grand retour sur le trade Asie-Europe en tant qu'opérateur de navires alors qu’il devait, avec 2M, se contenter de slots. En conséquence, la compagnie a « repris » huit des neuf navires de 10 000 à 13 000 EVP qui étaient affrétés par Maersk et MSC en vertu de l’accord.

L’épidémie qui s’est répandue dans le monde comme un traînée de poudre perturbe toutefois les nouveaux équilibres établis et fait l’effet d’un jeu de quilles temporaire. Selon les ajournements, seuls six de ces méga-navires rejoindront les services FE2 et FE4 Asie - Europe de l'alliance jusqu'en septembre alors qu’il était prévu qu’ils soient tous mis en service progressivement d’ici la fin du troisième trimestre.

HHM, gourmand en EVP

D’une capacité nominale de 23 964  EVP, long de 400 m et large de 61 m autorisant 24 rangées de conteneurs, ce premier d'une série de sept sisterships confiés à DSME fait de l’ombre à l’un des plus grands porte-conteneurs actuels (23 656 EVP), le MSC Gülsün. Peu de choses ont filtré sur ses spécifications techniques si ce n’est que lui et les six navires qui le suivront sont tous équipés de scrubbers et disposeront de 1 500 à 2 000 prises reefers. En Europe, le HMM Algésiras fera escale à Rotterdam au terminal Rotterdam World Gateway sur Maasvlakte 2 (DP World), Hambourg (HHLA-CTB) et Anvers (PSA-Noordzee).

En plus des sept navires construits chez DSME, le transporteur coréen recevra cinq navires d'une capacité similaire (23 792 EVP) de SHI d’ici septembre. Il a en outre huit navires de 16 000 EVP en option chez Hyundai Heavy Industries (HHI). Les livraisons ne seront sans doute pas possibles dans les temps initialement pensés. Le HMM Algésiras devait être suivi du HMM Oslo en mai, première unité mégamax à sortir des cales de Samsung.

Grandeur et ...

Les records de gigantisme n’ont pas beaucoup de sens dans le porte-conteneurs dans la mesure où ils sont vite détrônés. Depuis 2015, année d’apparition des premiers 19 000 EVP, une quinzaine de navires détiennent des simili-records de grandeur.

Cosco a marqué l’année 2018, de ce « 8 » si cher à sa numérologie car il sonne comme le mot « prospérité » en cantonais, avec le Shipping Taurus (20 119 EVP). La même année, entre autres, le CMA CGM Antoine de Saint-Exupéry sortait des cales d’Hanjin Heavy Industries, émergeant comme le plus grand porte-conteneurs à naviguer sous pavillon français avec une capacité de 20 954 EVP pour son service FAL-1.

620 000 EVP à livrer en 2020

2019 fut celle de MSC, avec son MSC Gülsün (23 765 EVP), le premier porte-conteneurs à avoir 24 rangées sur le pont, soit 1 000 à 1 500 EVP de capacités supplémentaires. Pour MSC, il s’agissait alors du premier d’un programme de 11 unités de cette taille, qui devraient tous avoir été livrés désormais. Avec la livraison du Cosco Shipping Planet de 21 237 EVP, le 3e armement mondial a finalisé en septembre 2019 la réception des 17 porte-conteneurs de plus de 21 000 EVP. Long de près de 400 m pour 58,6 m de large, le mégamax de 23 rangées de conteneurs a rejoint le service MEX entre l’Asie et le Moyen-Orient, exploité dans le cadre d’Ocean Alliance.

Selon Drewry, 620 000 EVP devraient être livrés en 2020, mais il est probable que le contexte pousse aux reports. D’après les données d’Alphaliner arrêtées au 24 avril, c’est le taïwanais Evergreen qui a le carnet de commandes le plus fourni (539 723 EVP) avec 64 navires, devant CMA CGM (466 988 EVP, 29 navires), HMM (382 744 EVP, 19 navires) et MSC (202 500 EVP, 12 navires). La compagnie italo-suisse, n° 2 mondial, devait recevoir huit porte-conteneurs de 23 000 EVP en 2019. 

Adeline Descamps

Le pari de HMM dans les scrubbers

Le transporteur sud-coréen a pris le parti d'installer des dispositifs d’épuration des gaz sur 66 de ses porte-conteneurs, dont douze de 24 000 evp et huit de 16 000 EVP qui doivent être livrés en 2020 et 2021. Jusqu'à présent, 27 sont soit équipés soit en passe de l’être tandis que d'autres sont prévus avant la fin de l’année. Selon Alphaliner, la compagnie aura investi in ine plus de 350 M$. Or, l’histoire actuelle ne lui donne pas raison.

Le retour sur investissement dans les scrubbers, initalement prévu pour être court, est compromis par la chute des cours du baril à tel point que l'écart actuel entre les prix VLSFO et HFO ressortaient le 28 avril à 23 $/tonne à Rotterdam et 51 $/tonne à Singapour. Le prix du fuel à basse teneur en soufre (VLSFO) a atteint un niveau record de 144 $/t à Rotterdam et de 204 $ à Singapour.

Le 28 avril, le HMM a annoncé qu'il avait reçu 720 milliards de wons sud-coréens (591 M$) de la Banque de développement de Corée (KDB), une entreprise publique, et de la Korea Ocean Business Corp. (KOBC). Chacune des deux institutions a souscrit 72 millions de nouvelles obligations convertibles (CB) émises par le HMM le 23 avril. La participation de KDB dans HMM est ainsi passé de 34,8 à 37 %, tandis que la part de la KOBC, de 34,4 à 36,6 %. 

La KOBC a en outre injecté 44 M$ pour financer l’acquisition de 48 980 de conteneurs secs (dans la lignée de la réception de ses mégamax). Pour rappe, HMM accumulent les pertes depuis des années. Elles s’élèvent désormais à 3 Md$ en cumulé depuis 2015. 

A.D.

L'effondrement des cours pétroliers hypothèque le devenir des scrubbers