Dans un contexte marqué par la préparation du Brexit, l’activité fret transmanche est en recul de 7 % en 2018 à Calais. Le port le justifie par un manque de cales. 

Avec 1,9 million de poids lourds (- 4,5 %) et 45,6 Mt (- 7,2 %), le fret transmanche a marqué le pas en 2018 au port de Calais. Une mauvaise nouvelle dans cette année pré-Brexit, que le port de Boulogne-Calais relativise cependant : « le nombre de poids-lourds enregistrés durant le premier semestre a connu une baisse par rapport à 2017. Le port de Calais n’a pu compter sur une flotte complète des navires qu’à partir du mois de juillet avec le retour du navire Pride of Kent, en réparation pour cause d’avarie en décembre 2017 suite à une tempête. » 

Les chiffres sont meilleurs côté tourisme, avec une baisse de 1 % des autocars mais une hausse de 1,4 % du nombre de passagers (9,1 millions) et de 5 % des véhicules légers (1,6 million). Il s’agit, pour le port, d’une confirmation de la reprise amorcée depuis le deuxième semestre 2017 : « la croissance retrouvée du trafic tourisme, qui avait connu une très nette baisse depuis 2014, dénote une confiance retrouvée chez les Britanniques dans le passage par le port de Calais. » 

La perspective du Brexit pourrait cependant changer la donne pour le port de Calais, qui se prépare d’arrache-pied, anticipant l’absence d’accord pour la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. L’enjeu majeur : maintenir la fluidité du passage malgré des contrôle policiers, douaniers et sanitaires renforcés. Il est prévu de mettre en place des zones dédiées aux déclarations et aux contrôles : l’une pour les animaux vivants, avec le service d’inspection vétérinaire et sanitaire, l’autre pour les déclarations de fret à l’export, avec la création d’un parking pouvant accueillir 200 poids lourds. 6 M€ d’investissements sont prévus pour ces nouvelles infrastructures, qui s’accompagneront aussi de moyens renforcés mis en place par l’État. 

Où en est Port Calais 2015 ?

L’activité portuaire hors ferries du port de Calais a connu une baisse de 62 % en 2018, ne totalisant que 507 000 t. Ce recul s’explique par une moindre demande en matériaux de construction du chantier de Calais Port 2015. À Boulogne, au contraire, l’activité est en hausse de 20 % et atteint 799 000 t, l’augmentation de tonnage étant due, là encore, aux matériaux de construction (enrochements, graviers et chaux vive), dont les besoins vont d’ailleurs continuer à croître. À Boulogne, deux nouvelles grues on été mises en service en 2018 pour répondre à des trafics breakbulk en expansion. 

Les investissements du port de Boulogne-Calais en 2018 ont surtout concerné le site de Boulogne, avec 12 M€ consacrés principalement à l’aménagement de la zone d’activité, mais aussi aux portx de pêche et de commerce (notamment pour des grues). À Calais, c’est la modernisation de la zone de fret qui a fait en 2018 l’objet des investissements les plus importants (2 M€). Pour ce qui concerne le grand projet Port Calais 2015, qui répond à l’augmentation de la taille des ferries, au développement des trafics transmanche et du report modal, la création des 45 ha de nouveaux terre-pleins sont achevés, de même que les travaux du poste d’embarquement n° 10. Les postes 11 et 12 sont en cours de travaux. Quant à la digue de 3 260 m, elle a été achevée en 2018 avec près d’un an d’avance. Calais Port 2015 entrera en service en 2021. 

--- Étienne Berrier --- 

Sur le même sujet