Faute de données suffisantes, l'expérience de consolidation des conteneurs fluviaux en réponse à la congestion des terminaux anversois est prolongée. De ces résultats dépend sa généralisation ...

 

Entamée le 5 novembre 2018 avec un seuil de 20 conteneurs, porté à 30 conteneurs en décembre, l’expérience de consolidation des volumes fluviaux pour l’accès aux terminaux à conteneurs d’Anvers a été prolongée jusqu’au 3 mars 2019. « Compte tenu de la situation de basses-eaux extrêmes au début du projet pilote et de la période de vacances suivante, il n’a pas été possible de recueillir suffisamment de données représentatives à ce jour », indique l’autorité portuaire d’Anvers pour justifier cette prolongation.

L’expérience, qui concerne les terminaux PSA, DP World et MPET, consiste à en interdire l’accès aux bateaux fluviaux y réalisant moins de 30 mouvements. Ceux-ci doivent faire transiter leurs conteneurs par des hubs situés dans le port d’Anvers (deux) ou dans l’arrière-pays (quatre en Belgique, deux aux Pays-Bas et un en Allemagne), pour un surcoût de 10 € par conteneur dans le premier cas et 5 € dans le second. Ce projet pilote, qui sera étendu à tous les terminaux portuaires s’il donne satisfaction, avait été décidé en avril 2018, constituant une des réponses à l’engorgement des terminaux anversois qui occasionne des délais d’attente pour les transporteurs fluviaux.

E.B.