Le premier port portugais va pouvoir doubler sa capacité conteneurisée. Le gouvernement a lancé l’appel d’offres international pour la construction d’un nouveau terminal de conteneurs, qui a reçu le nom de « Vasco da Gama ».

642 millions d’euros. Tel est l'investissement estimé pour le nouveau terminal de conteneurs du port de Sines, situé à 170 km au sud de Lisbonne, dont l'appel d'offres a été lancé. Il sera entièrement assumé par une entité privée qui en recevra la concession pour une durée de 50 ans du type « landlord port » (dans lequel l'autorité portuaire est propriétaire de l'infrastructure et des terrains, loués à des opérateurs privés dans le cadre de concessions. La superstructure appartient à l'opérateur privé qui exploite le terminal), conformément á la législation du pays et en accord avec les recommandations de la commission européenne. Le terminal Vasco da Gama devrait créée 1 350 emplois.

Le projet prévoit la construction d’un nouveau quai de 1,4 km qui desservira une zone de fret de 46 ha (sur une superficie totale de 60 ha) et sera équipé de 15 portiques. La profondeur du tirant d'eau à 17,5 m permettra l’arrimage simultanée de trois porte-conteneurs de très grande dimension. Le donneur d’ordres entend doter le Vasco de Gama de tous les équipements à une qualité internationale.

Sines, sur la route de la soie maritime

Parallèlement, les autorités portugaises ont négocié l’extension de la concession du Terminal XXI détenu par le Singapourien PSA. Il pourra investir 547 M€ et porter la capacité conteneurisée de 2,3 à 4,1 MEVP. À noter que le contrat qui prolonge de 20 ans la concession de PSA met fin au droit de préférence et d’exclusivité prévu dans le contrat initial. La suppression de cette clause devrait entre autre favoriser la création d’emplois localement. De son côté le gouvernement portugais va investir 100 M€ pour des aménagements (un nouveau môle de protection des navires, génie civile, construction d'une pilotine, amélioration des accès ferroviaires du port de Sines)

L’ensemble des investissements pourraient créer 4 600 emplois et augmenter le PIB du pays de 1 % ( soit à 2,5 %), a-t-il était indiqué. Sines est passé d'un trafic conteneurisé de 20 000 EVP en 2004, à 1,75 MEVP en 2018. Le Portugal est l’un des pays de l'UE qui a accepté de participer au programme chinois de la route de la soie, lequel positionne Sines comme un hub principal sur le tracé de cette nouvelle route maritime. Les opérateurs chinois ont déjà fait connaître leur intention de se positionner sur la construction du Terminal Vasco da Gama.

 Marie-Line Darcy