Porté par ses trafics conteneurisés et le très fort développement des importations de gaz naturel, le Grand Port maritime de Dunkerque voit son tonnage progresser de 3 % en 2019 pour atteindre 53 Mt.

En 2019, ce sont 53 Mt de marchandises qui ont été manutentionnées sur les quais du Grand Port maritime de Dunkerque, soit 3 % de plus que l’année précédente. La hausse est particulièrement forte pour les conteneurs : avec 450 000 EVP, le trafic a progressé de 7 % par rapport à 2018. « Le positionnement de Dunkerque en tant que hub de transbordement est notamment à l’origine de cette hausse », souligne le port. Cette progression s’inscrit dans la durée, puisque les cinq dernières années ont totalisé 22 % de croissance pour l’ensemble des marchandises manutentionnées à Dunkerque, et 54 % pour les conteneurs.

Dans l’ensemble, avec 20,1 Mt, les marchandises diverses ne font pas mieux en 2019 qu’en 2018. Au-delà de la forte progression des trafics conteneurisés et de celle, plus forte encore, des marchandises manutentionnées en conventionnel (1,2 Mt, soit 9 % de plus qu’en 2018), la catégorie des diverses est en effet pénalisée par le trafic transmanche. La perspective du Brexit pèse sur tous les flux vers la Grande-Bretagne : avec 583 000 unités, les camions et remorques affichent une baisse de trafic limitée à 2 %, tandis que le nombre de passagers (2,3 millions) et de véhicules de tourisme (579 000) ayant choisi Dunkerque pour traverser la Manche en 2019 sont en repli respectivement de 11 % et 16 % par rapport à 2018.

Avec un total de 9,4 Mt, les vracs liquides affichent une hausse de trafic de 71 % par rapport à 2018, Dunkerque profitant à plein de l’expansion du GNL, dont le trafic a été multiplié par 3,2 pour atteindre 5,1 Mt. Le terminal méthanier aura accueilli 72 escales en 2019. Les produits pétroliers (3,3 Mt), structurellement en baisse partout, limite à Dunkerque leur repli à 2 %. 

Tout en étant la spécificité du port des Hauts-de-France avec 23,5 Mt, les vracs solides sont en chute libre de 9 %, à peine compensée par la hausse de 43 % des céréales, liée à la récolte 2019 avec un total de 2 Mt manutentionnées. « La mauvaise conjoncture pour l’industrie sidérurgique européenne pèse sur les trafics de minerai et de charbon ». Le trafic de minerai concède une baisse de 10 % (13,3 Mt). La chute est encore plus brutale pour les importations de charbon de 19% à 5,3 Mt, amplifiée par le moindre recours à cette énergie pour la production d’électricité.

Des aménagements

Pour les conteneurs, l’année 2019 a vu la mise en service de l’extension du quai de Flandres, officiellement inaugurée en juin dernier. La longueur totale de quais du terminal à conteneurs a ainsi été portée à 1 785 m, dont 1 000 m dragués à 17,3 m qui permettent au port encadré par la mer du Nord d’accueillir simultanément deux géants de 400 m de long.

Autre chantier achevé l’an passé : la séparation du rail portuaire du réseau ferré national. « Cette opération, de plus de 18 M€, a permis de faire coïncider les zones d’action des postes d’aiguillage aux points frontières des deux réseaux. À présent, les installations ferroviaires portuaires peuvent être gérées et modifiées sans avoir recours à la SNCF », note l’autorité portuaire

Les travaux d’aménagement de la zone Dunkerque Logistique Internationale Sud et de la zone Grande Industrie, déjà en cours, vont se poursuivre en 2020, qui sera l’année de livraison. En 2020, le Grand Port maritime de Dunkerque devrait investir 37,3 M€ en 2020, contre 42 M€ en 2019. Les premières opérations du projet stratégique pour 2019-2023 vont ainsi commencer cette année. Les travaux du nouveau bâtiment, qui accueillera la police aux frontières française et son équivalent britannique, la United Kingdom Border Force, seront lancés. Tout comme la construction d’un nouveau poste-source électrique au port Ouest. Le projet Cap 2020, enfin, suit son cours, et les études se poursuivent en 2020 en phase avant-projet. Du côté des implantations logistiques et industrielles, trois sites actuellement en cours de construction devraient entrer en exploitation en 2020 : il s’agit de ceux des sociétés Indachlor (recyclage de résidus de production industrielle), Mahieu (construction préfabriquée) et Norfrigo (logistique froid).

Étienne Berrier

 

Le terminal des Flandres est désormais branché

© Jean-Louis Burnod

Le groupe CMA-CGM, avec son porte-conteneurs APL Singapura, qui s’est branché le 8 janvier 2020 au cours de son escale à Dunkerque, a inauguré le branchement électrique à quai, dont est désormais équipé le terminal des Flandres, dont la CMA-CGM est par ailleurs le principal actionnaire via sa filiale Terminal Link. Ce sont six conteneurs de 40 pieds, installés par le groupement d’entreprises Actemium, qui permettent la conversion de l’alimentation électrique publique en cold ironing : 8 MW, soit un « dispositif qui figure parmi les plus puissants jamais installés au niveau européen » selon la CMA-CGM. Sa directrice chargée des actifs industriels, Christine Cabau Woehrel, entend « poursuivre ses installations sur les navires du groupe » et être « prêt à tester ce dispositif avec d’autres autorités portuaires européennes qui s’engageront sur cet équipement pour leurs terminaux à conteneurs. » Le branchement électrique des porte-conteneurs à quais sera pleinement opérationnel au terminal de Flandres dans le courant du premier semestre 2020.