Progression des céréales et de matériaux de construction sur la Seine, reprise des conteneurs sur le Rhône et le Rhin : le trafic fluvial français, en 2019, augmente de 9 % en tonnage et de 10 % en tkm.

Les marchandises transportées sur le réseau navigable intérieur français ont totalisé 56,3 Mt l'an dernier, soit 9 % de plus qu’en 2018. La hausse atteint même 11,7 % à l’import avec 10 Mt. Selon le critère de la distance parcourue, le trafic a augmenté de 10 %, avec 7,4 milliards de tonnes-kilomètres (tkm). Seine-Oise, Moselle, Rhin, Rhône-Saône, Nord : tous les bassins sont concernés par la progression. Cependant, les bassins Rhône-Saône (5,4 Mt) et Nord (9 Mt), malgré des trafics accrus de respectivement 5,7 % et 2,9 % en tkm, connaissent de légères baisses de tonnage.

Le Rhin et la Moselle ont performé. Pour le bassin mosellan, les prestations de transport ont progressé de 10,2 % en tkm et le tonnage de 16,5 % (6,6 Mt). Le trafic à destination ou en provenance des ports français du Rhin a augmenté de 18,5 % en tkm et le tonnage de 16,9 % (12,5 Mt). Le bassin de la Seine et de l’Oise a également enregistré de bons résultats avec un tonnage en croissance de 10,3 % (23,7 Mt), profitant à plein de l’embellie des filières BTP et agroalimentaire. Les matériaux de construction ont posé 25,2 Mt (+13,9%) du total fluvial tranporté. Une tendance qui s'explique par la bonne dynamique du secteur de la construction, porté par des projets de travaux publics, au premier rang desquels ceux liés au Grand Paris.

Après deux années de mauvaises récoltes pour les céréales françaises, la bonne moisson 2018 et surtout le millésime 2019 ont largement profité au transport fluvial : l'agroalimentaire lui a fourni 14,4 Mt de marchandises l'an dernier, soit 11,1 % de plus qu’en 2018, année de redémarrage et de rattrapage des trafics après des années de vache maigre. Les transports d’engrais et de produits chimiques enregistrent aussi en 2019 une belle progression, avec 3,7 Mt (+ 6 %). D’autres grandes filières connaissent de légères diminutions de tonnage : c’est le cas des produits énergétiques (4,8 Mt, – 0,2%) et des produits métallurgiques (4,1 Mt, – 0,7%).

Conteneurs : rattrapage sur le Rhin, progression sur le Rhône

Le transport de conteneurs a porté sur 567 000 EVP en 2019, soit 2,6 % de plus qu’en 2018. « Cette progression aurait pu être plus conséquente si les ports maritimes n’avaient pas été touchés par les mouvements sociaux de décembre dernier », souligne VNF. Sur la Seine en particulier, la tendance était annoncée à la hausse au cours de l’automne 2019, mais les blocages des ports ont enrayé la dynamique qui n'a finalement transporté que 263 000 EVP sur l’ensemble de l’année, en baisse de 0,7 % par rapport à 2018. Mêmes effets pour le réseau Nord qui accuse un repli de 0,3 % pour 108 000 EVP.

Le bassin Rhône-Saône (89 000 EVP) et les ports français du Rhin (104 000 EVP) ont en revanche connu une meilleure fortune avec respectivement + 5,5 % et + 11,7 %. Dans les deux cas, et singulièrement pour le Rhin où le trafic avait été très fortement perturbé par les basses-eaux à l’été 2018, les progressions constatées en 2019 succèdent à de notables diminutions de trafic. Si le Rhône fait mieux que rattraper la baisse subie en 2018, ce n’est pas le cas du Rhin dont le trafic reste en 2019 inférieur de 27 % à celui qu’il était en 2017.

Étienne Berrier