Après deux années difficiles pour les céréales, le port de La Rochelle reprend sa croissance. Il affiche une augmentation de ses trafics de 12,5 % pour un volume total de 9,639 Mt.

Les exportations de céréales ont augmenté de 23 % en 2018, dopant tout le trafic portuaire qui progresse globalement de 12,5 %. Il est vrai que la mauvaise récolte de 2016 avait fortement impacté l'activité portuaire sur la fin de cette année-là et le début de la suivante. Les récoltes de 2017 et 2018 ont été nettement meilleures et ont permis au trafic de reprendre son cours normal, même si les chargements ont tourné plutôt au ralenti fin 2018, les producteurs attendant que les grains russes et ukrainiens aient fini d'être écoulés pour que les cours remontent. Au total, ce sont 3,933 Mt de céréales qui ont été chargées à La Rochelle.

Les autres trafics, même si c'est dans des proportions moindres, sont eux aussi en progression : + 11 % pour les produits pétroliers à 2,88 Mt, + 14 % pour les produits forestiers et papetiers à 867 000 t, +1 4 % pour les produits du BTP à un peu plus de 1 Mt. Seuls les vracs agricoles sont en baisse de 21 %, alors qu'ils progressaient d'année en année. L'alimentation animale, qui enregistre une chute de 63 %, en est la principale responsable. Mais les acteurs portuaires ne sont pas inquiets et assurent que le trafic va reprendre dès cette année.

Le report modal suit logiquement la même progression que celle des trafics. Il a augmenté de 15 % l'an dernier, malgré les difficultés générées par les grèves de la Sncf. Au total, 1,6 Mt de marchandises ont été acheminées par rail l'an dernier, en incluant celles transportées pour l'usine d'engrais Gratecap et pour Solvay.

Plus de 80 M€ d'investissements public et privé

Le port a investi 8 M€ en 2018, dans l'aménagement de son port de service, la construction de l'usine de traitement des sédiments marins et la modernisation du réseau ferré portuaire. Côté entreprises, les investissements sont encore plus conséquents : 32 M€ pour les nouveaux silos du groupe Soufflet – Socomac à Chef de Baie, 3 M€ pour le portique de Bolloré Ports qui relie les navires à ces silos, 8 M€ pour le nouveau grainoduc du Groupe SICA Atlantique, 8 M€ pour le hangar « le plus moderne de France » d'EVA destiné à stocker des aliments pour le bétail, 2,5 M€ pour l'installation de panneaux solaires sur la base sous-marine par le groupe IEL.

2019 devrait se poursuivre sur la même lancée. Avec plusieurs rendez-vous importants cependant liés au renouvellement de la gouvernance du port. C'est au conseil de surveillance et au conseil de développement nouvellement formés que reviendra l'élaboration du projet stratégique 2019-2024. Et, sur un plus long terme encore, une réflexion prospective sur l'objectif 2040.

--- Myriam Guillemaud ---