©NBC

 

Situation contrastée sur le port de Marseille. Si l’activité fret fonctionne quasi normalement, la situation dans le passager s’avère en revanche bien plus complexe compte tenu de la fermeture des frontières depuis ce midi. Plusieurs paquebots à la dérive cherchent un port d’attache…

Au lendemain de l’annonce par le président Emmanuel Macron des mesures de confinement de la population française, les Algériens présents en France se sont rués vers le port de Marseille pour tenter de regagner leur pays. Ce 17 mars au matin, ils étaient plusieurs centaines, boulevard Jacques Saadé, devant la Porte Chanterac, à tenter un embarquement sur le ferry El Djazaïr 2 qui a appareillé ce midi pour l’Algérie. « Aujourd’hui et demain seront les derniers jours pour rapatrier les Algériens à destination d’Oran. Les gens veulent rentrer chez eux. Le Danielle Casanova a annulé sa traversée laissant sur le carreau 600 passagers. Ils veulent tous embarquer sur le El Djazaïr 2 », explique un agent de la compagnie maritime Algérie Ferries. Les Algériens redoutent que la traversée du Tarik Ibn Ziyad prévue demain 18 mars soit annulée. Selon nos sources, le navire appareillera bien comme prévu.  

Corsica Linea, propriétaire du ferry Danielle Casanova qui devait relier Marseille à Alger lundi 16 mars a justifié sa décision suite au passage en stade 3. Les liaisons passagers avec la Tunisie ont été interrompues. Quant à la Corse, les rotations avaient été aménagées dès le 14 mars autorisant seulement 150 passagers par traversée. Mais ce 17 mars, la compagnie d’Ajaccio a annoncé la suspension du transport de passagers sur ses lignes Continent-Corse jusqu’au 30 mars tout en garantissant le transport de fret. « Cette mesure est motivée par deux considérations majeures, justifie la compagnie. D’une part, elle respecte strictement les consignes gouvernementales pour une réduction drastique des flux de population. D’autre part, en renforçant la sécurité sanitaire de nos équipages, cette décision garantit la réalisation quotidienne de notre mission de service public en matière de desserte maritime de la Corse pour l’approvisionnement de l’île en fret, et notamment en produits alimentaires et de première nécessité. »

Paquebots cherchent ports d’accueil

Les grandes compagnies de croisière ayant cessé leur exploitation, actuellement trois paquebots (AidaSol, Europa 2 et Costa Smeralda) stationnent sur le port de Marseille avec à bord plus de 2 500 navigants confinés. Pour « tuer le temps », les marins entretiennent les navires.

Plusieurs paquebots sont actuellement en mer avec des passagers à bord de diverses nationalités (italiens, brésiliens, argentins, français) à la recherche d’un port d’accueil, qui autoriserait à la fois le transit des passagers mais aussi le stationnement pendant toute la durée de l’épidémie. De nombreux navires ont demandé à être accueillis à Marseille, ce qui fait l’objet de négociations au plus haut niveau de l’État.Conformément aux directives de confinement, les employés des agences maritimes, des compagnies maritimes et du port de Marseille-Fos sont en télétravail. Seuls quelques cadres se rendent à la Joliette. Le service outillage étant confiné, les manutentionnaires qui ne font pas grève ne peuvent exploiter les grues. Les dockers sont mobilisés pour charger et décharger les navires. « Nous essayons de travailler du mieux que l’on peut sans s’approcher les uns des autres, explique le président de Socoma, Paul Carorino. Le Neptune Odyssée est arrivé de Turquie ce midi avec des véhicules à bord et jeudi nous chargerons sur le Titteri une presse de 165 t arrivée d’Italie et destinée à l’Algérie ».

Le GPMM indique de son côté qu’en tant qu’« Opérateur d'importance vitale », selon la dénomination officielle, signifiant « point stratégique d'approvisionnement européen », il assure la continuité de services dans la stricte observance des consignes de sécurité sanitaire. « Les services de capitainerie et exploitation portuaire restent opérationnels sur l'ensemble des bassins Est et Ouest. L’organisation du travail a été adaptée dès ce jour, le 17 mars, pour assurer durablement les opérations. La Capitainerie travaille en étroite collaboration avec les services aux navires pour coordonner l'accueil des navires. L'ensemble des mesures prises permet d'assurer en sécurité et sureté le fonctionnement opérationnel logistique et industriel. »

N.B.C

Med Europe touchée par une cyberattaque

La société de manutention dans les bassins Est Med Europe aurait été victime d’une cyberattaque ce 13 mars paralysant son système d’information. Selon nos sources, la société victime de « ransomware » a refusé de verser la rançon et effectue manuellement ses opérations le temps de restaurer le système avec les sauvegardes. Le lien entre les serveurs de Med Europe et MGI n’a pas été affecté. Au même moment, les serveurs des collectivités territoriales : la métropole d’Aix-Marseille-Provence etles communes d’Istres et de Martigues ont été victimes également de cyberattaques du même type et ce, à  la veille du premier tour des municipales. « Malgré les précautions extrêmes prises au quotidien pour protéger les équipements informatiques et se prémunir des virus et du piratage, cette cyberattaque, inédite par son ampleur et sa force de frappe, n’a pu être évitée », a indiqué la métropole AMP. N.B.C