©Dietmar Hasenpusch

 

Le trafic conteneurisé, en particulier à destination de l’hinterland, a progressé en 2019 à Hambourg, totalisant 9,3 Mt. Cela participe particulièrement aux pré et post-acheminements ferroviaires, spécialité du port de l’Elbe.

Le trafic maritime du port allemand, affecté par la baisse des vracs, a cependant atteint 136,6 Mt en 2019, soit une augmentation de 1,1 % par rapport à 2018, après le longs mois de trafics en repli. Le port de l’estuaire de l’Elbe doit son retour au vert au trafic conteneurisé qui a augmenté de 6,1 %, totalisant 9,3 MEVP. Il fait, de ce point de vue, aussi bien qu’Anvers mais mieux que Rotterdam. Hambourg confirme sa 3e place sur le podium du range nord-européen, loin devant son voisin Brême, dont le trafic conteneurisé est à la peine avec une descente brutale de l’ordre de 10 %.

Plus que que le trafic maritime de transbordement (3,4 MEVP, + 3,4 %), ce sont les conteneurs à destination de l’hinterland qui connaissent la plus forte progression, à 5,8 MEVP, soit 7,9 % de plus qu’en 2018. Hambourg, déjà champion européen en la matière, voit encore la part modale du ferroviaire augmenter, et cela d’une manière particulièrement forte en 2019 (+ 10,4 %). Ce sont ainsi 2,7 MEVP qui ont été transportés par train vers son hinterland. Sur les 5,8 MEVP transportés en provenance ou à destination de l’hinterland de Hambourg, 51,3 % l’ont été par la route, 46,3 % par le rail et 2,4 % en fluvial (140 000 EVP, + 9,1 % de plus qu’en 2018).

Sur l’ensemble du trafic portuaire à destination de l’hinterland, vrac compris, la part modale du ferroviaire atteint désormais 49,4 % en tonnage (48,2 Mt, + 3 %), loin devant le recours au transport routier (41,4 %) et au transport fluvial (9,2%). Au total, avec 62 000 trains de fret opérés en 2019.

Hub du fret chinois

Côté maritime, 2,6 MEVP ont été échangés avec la Chine en 2019 (+ 1,7 %), ce qui en fait la principale destination du port allemand. À cela s’ajoutent 200 trains par semaine à destination ou en provenance de Chine, ce qui fait dire à Axel Mattern, directeur du port de Hambourg, que « le nombre total de conteneurs manutentionnés par voie maritime et terrestre à Hambourg en fait la principale plaque tournante du fret chinois » au niveau européen. En dépit dela crise sanitaire, le port de Hambourg se montre confiant quant à l’évolution des trafics en 2020, anticipant une stabilité pour les conteneurs et une légère hausse pour les vracs.

Les trafics vrac sont en dépression (- 6,6 %) ne totalisant que 41,3 Mt. Seuls les vracs agricoles (6,2 Mt) limitent à 1 % leur diminution de trafic. La baisse atteint 8 % pour les autres vracs secs (22,5 Mt) et 5 % pour les vracs liquides (12,7 Mt).

Étienne Berrier

L’élargissement de l’Elbe pour accueillir les ULCC

Les travaux d’agrandissement du chenal de l’Elbe ont progressé en 2019 : la zone de croisement des navires, en aval de Hambourg, permet depuis le 20 janvier 2020 à deux navires totalisant une largeur de 98 m de se croiser, alors que la largeur combinée des deux navires était précédemment limitée à 90 m. Le chenal doit encore être élargi sur une longueur de 3 km, ce qui sera achevé mi-2020. L’approfondissement du chenal, avec des travaux de dragage en cours depuis juillet 2019, permettra tant aux vraquiers qu’aux porte-conteneurs d’accroître leur capacité de chargement de 18 000 t. En 2019, le port de Hambourg a accueilli 684 escales de porte-conteneurs de plus de 10 000 EVP, dont 165 de plus de 18 000 EVP, ce qui représente une croissance de 10 % du nombre de ces porte-conteneurs géants. « Le port et ses terminaux de manutention traitent déjà des porte-conteneurs d'une capacité supérieure à 21 000 EVP. Pour l'avenir, ils se préparent également à gérer en toute sécurité les arrivées et les départs de navires encore plus gros. Avec le HMM Algeciras en mai, nous attendons la première escale d'un porte-conteneurs d'une capacité de 24 000 EVP », déclare Alex Mattern.