©DR

 

De l’avis général, la reprise de l’activité économique sera lente. Pour les opérateurs de lignes fluviales de conteneurs, cela se traduit encore par du chômage partiel et une limitation du nombre de bateaux affrétés.

Pendant le confinement, les importations ont été fortement touchées avec, sur certains bassins fluviaux comme la Belgique et le Nord de la France, des baisses de trafic conteneurisé ayant atteint 50 %. Elles n’ont pas encore repris car les entrepôts sont pleins, la consommation ayant tourné au ralenti pendant le confinement.

Le Nord de la France a été la région la plus touchée à l’importation car c’est une région de consommation plus que de production. Le Rhin a été moins impacté par la baisse de trafic. Quant au Benelux, il a connu une situation très variable, avec une baisse de trafic plus récente que dans le Nord ou l’Est de la France. Paradoxalement, les exportations ont été moins pénalisées pendant le confinement. Elles le sont davantage maintenant, la plupart des pays du monde ayant commencé à confiner après l’Europe. Juin s’annonce donc moins bon que les mois précédents.

Surpris de la lenteur de la reprise

« L’activité actuellement n’est pas vraiment bonne, mais le nombre hebdomadaire de départs reste identique à la normale, pour continuer à offrir à nos clients la même qualité de service », précise Guy Erat, directeur de Danser France. « Nous avons connu pendant le confinement beaucoup de variations de volume d’une semaine à l’autre. Nous espérons la reprise des importations au cours de l’été, tout en restant prudents car nous n’avons qu’une vision à trois semaines, via les terminaux des ports de mer qui savent quels navires partent d’Asie. Nous savions donc depuis mai que juin serait compliqué. Nous le voyons aussi au nombre de blank sailing, bien que ce soit aussi une façon pour les armements maritimes de limiter leur offre et maintenir ainsi leurs tarifs. Nous restons surpris de la lenteur de la reprise. Les contacts que nous avons avec les industriels nous indiquent qu’ils n’envisagent pas de retour à la normale avant la mi-2021. »

« Il est difficile d’avoir une vision claire de la situation, constate Muriel Marquet, directrice de Haeger & Schmidt Belgique. L’activité reprend un tout petit peu depuis l’assouplissement des mesures de confinement en France, en Suisse, en Allemagne et en Belgique. Les apports de conteneurs depuis la Chine sont au rendez-vous depuis que ce pays a repris son activité. Mais on sent que malgré tout, le port d’Anvers tourne au ralenti pour cause de blank sailing. Sur les terminaux eux-mêmes, la manutention se passe bien : tout est opérationnel, même si la baisse de volume se poursuit en mai et en juin. »

Étienne Berrier