Fluviofeeder a vu ses activités élargies à l’entreposage et la manutention avec la reprise de Somap en 2017, puis en mai 2018, avec la décision de Marfret (sa maison-mère) de lui transférer l’ensemble des activités multimodales.

 

À l'occasion de Haropa Business Event, l'armateur marseillais Marfret, utilisateur historique du port de Rouen, a annoncé Fluviofeeder allait lancer le 1er septembre une navette ferroviaire conteneurs entre le Terminal à conteneurs et marchandises diverses (TCMD) de Grand-Couronne Rouen et Bonneuil-sur-Marne au rythme initial d’un A/R hebdomadaire.

C’est dans le cadre de l’Armada 2019 que s’est tenu le Business Event Haropa sur le thème « Rouen au cœur de la Supply Chain », axé sur le conteneur. Certes, cette filière rouennaise est actuellement « en pleine mutation ». Mais « nous croyons vraiment à son avenir » a affirmé Pascal Gabet, directeur général d’Haropa Port de Rouen. « Nous disposons d’une base solide dans le groupage » plaide celui-ci avant d’insister sur l’atout que constitue la complémentarité de l’axe Paris-Rouen-Le Havre, en cours d’intégration et appelé à devenir un corridor Smart.

« Rouen est au coeur de l’Axe Seine, et c’est la logistique qui va maintenant lui amener le fret » confirme Laurent Foloppe, directeur commercial d’Haropa, récemment recruté. Le principal objectif va être de « travailler à l’importation Asie » en jouant notamment sur l’avantage que constitue pour les logisticiens les franchises locales de stationnement des boîtes (18 jours en moyenne).

Hub multimodal 

Du côté des utilisateurs historiques, Guillaume Vidil, directeur général de Marfret, a annoncé que Fluviofeeder allait lancer le 1er septembre une navette ferroviaire conteneurs entre le Terminal à conteneurs et marchandises diverses (TCMD) de Grand-Couronne Rouen et Bonneuil-sur-Marne au rythme initial d’un A/R hebdomadaire. Europort  assurera la traction et Touax fournira les wagons de ce train. « Nous avons mis dix ans pour devenir armateur fluvial et nous abordons un nouveau métier »  reconnaît  Guillaume Vidil qui voit dans la logistique « une activité de diversification ». Avec le feeder Lydia sur Port 2000 pour « soustraire les conteneurs aux surestaries » et trois relations hebdomadaires sur Gennevilliers, Marfret va disposer sur la plateforme RVSL de Moulineaux d’un véritable hub multimodal. Un outil d’autant plus performant que l’armateur a repris le manutentionnaire Somap et qu’avec son partenaire DLS, il dispose d’un entrepôt de 10 000 m2 sur la plateforme logistique RVSL attenante au TCMD.

Paul Bernard, directeur Normandie de Bolloré Logistics, a indiqué pour sa part que l’entreprise était à la recherche d'un bâtiment à Rouen afin d’y regrouper les effectifs de ses activités locales, soit 450 personnes, actuellement réparties sur deux sites différents.

Robert Querret