©FFPM

 

Selon des résultats provisoires publiés le 14 mars, le groupe français de transport maritime CMA CGM contrôle 89,5 % des droits de vote du suisse Ceva Logistics à l’issue de l’offre publique amicale qu’il avait lancée dans l'optique d’une prise de contrôle. Le transporteur a étendu son offre, qui devait initialement se clôturer le 12 mars, jusqu’au 2 avril.

Actionnaire à hauteur de près de 25 %, l’armateur de porte-conteneurs avait été contraint de précipiter en octobre sa montée au capital du groupe de logistique suite à l’offre de rachat lancée par DSV mais qu’avait rejetée le groupe suisse. CMA CGM détenait ainsi 32,94 % des actions fin 2018, avant d'obtenir une participation supplémentaire de 17,6 % au travers de contrats dérivés. L’offre publique d'achat devait lui permettre de mettre la main sur les 49,4 % restants. Du point de vue financier, CMA CGM a ouvert l’offre à 30 francs suisses CHF (26,34 €). Au 14 mars, l'entreprise était valorisée à 1,659 milliard CHF (soit plus de 1,46 Md€) pour 100 % du capital. Il a été annoncé ce jour que le transporteur a étendu son offre, qui devait initialement se clôturer le 12 mars, jusqu’au 2 avril.

Les experts financiers, sceptiques

Le projet stratégique du 4e armement mondial de porte-conteneurs vise à consolider ses propres activités logistiques sous sa marque CC Log et Ceva au sein d’une même entité, qui sera dirigée par l’actuel directeur général, Xavier Urbain, secondé par Nicolas Sartini, qui a dirigé et redressé en deux ans le groupe Nol-APL (que CMA CGM avait acquis en juin 2016). L’objectif pour l’ensemble est d'atteindre d'ici deux ans le million de conteneurs (contre 170 000 EVP à ce jour) et un chiffre d’affaires de 9 Md$ en 2021 (contre 7 milliards avant cet IPO) et un Ebitda ajusté compris entre 470 et 490 M$ contre 260 M$ en 2018.

À la suite de la publication des résultats financiers pour l’exercice 2018 du groupe CMA CGM début mars, les experts financiers convergeaient pour alerter sur sa dette (9,18 Md$), estimant qu’elle devrait s’élever à plus de 15 Md$ en 2019, en raison notamment d'importants engagements de dépenses en immobilisations (nouveaux navires, investissements dans les terminaux…), des nouvelles règles comptables IFRS, mais aussi de la consolidation de la dette de Ceva Logistics (502 M$ pour une participation de 32,9 %). Les pertes de cette dernière se sont élevés à 262 M$ en 2018. Et les analystes financiers d'estimer que cette opération devrait particulièrement peser sur les résultats de l’exercice en cours, d'autant plus que les résultats de Ceva seront pleinement consolidés dans le bilan de CMA CGM, puisque la participation de la compagnie maritime dans la société de logistique dépassait les 50 % à partir du 4 janvier 2019.

Rodolphe Saadé, avec Emmanuel Macron

La CMA CGM n’a pas commenté les résultats provisoires de son IPO. Son PDG, Rodolphe Saadé, faisait partie de la délégation accompagnant le président de la République Emmanuel Macron en Éthiopie. À cette occasion, sept accords franco-éthiopiens ont été signés dont deux par CMA CGM. Le groupe basé à Marseille y a signé un protocole d’accord avec l’entreprise éthiopienne Maccfa pour créer une co-entreprise dont la vocation sera d’établir un réseau régional d’agences. Une lettre d’intention a en outre été actée avec la société publique Ethiopian Shipping & Logistics Services Enterprise (ESLSE) pour la gestion du port sec de Modjo (40 km au sud-est d’Addis-Abeba), centre névralgique sur le corridor entre l’Éthiopie et le port Djibouti, par lequel passeraient près de 95 % du trafic national. En 2017, la Banque mondiale avait accordé 150 M$ à la modernisation de ce port où la Chine a lourdement investi notamment pour développer un réseau ferroviaire. 

A.D.