À l'issue de la période supplémentaire d'acceptation de son offre d'acquisition, l'armateur met la main sur 97,89 % du capital et des droits de vote du groupe de logistique suisse. Il faut replacer cette opération dans un contexte de grande effervescence pour le secteur de la logistique, à l'heure où Panalpina passe dans l'escarcelle de DSV, anticipant d'autres mouvements de consolidation, tandis que les grands armements conteneurisés poussent toujours plus loin leur intégration verticale.

L'armement français est parvenu le 8 avril aux termes du délai supplémentaire d'acceptation de son offre d'acquisition, que CMA CGM avait lancée initialement entre le 12 février et le 13 mars au prix net de 30 francs suisses par action en vue d'en prendre le contrôle (une période d'offre supplémentaire avait été décidée). À l'issue de l'opération, le transporteur de conteneurs empoche un peu plus de 54 millions d'actions (avec les 33 % d'actions déjà détenues directement et les 17,6 % acquises par certaines banques et qui pourraient être obtenues par le Français via un swap et deux contrats de rachat à terme), correspondant à 97,89 % du capital et des droits de vote du groupe de logistique suisse.

Cette apport significatif de titres et de droits lui permettrait donc de mettre en œuvre une opération de retrait des actions de Ceva Logistics de la SIX Swiss Exchange, suivant une opération d'offre publique de retrait immédiatement suivie d’une offre publique de retrait obligatoire si toutes les conditions sont réunies, qui pourrait avoir lieu au 3e trimestre de 2019. 

En toute logique, la gouvernance va changer. Il est fort probable que Rodolphe Saadé, PDG de CMA CGM, soit élu président du conseil d'administration du logisticien lors de l'assemblée générale du 29 avril 2019, avec Rolf Watter en tant que vice-président.

Création d'un centre opérationnel Ceva à Marseille 

Le n°4 mondial du transport conteneurisé dit ainsi « concrétiser un plan de transformation ambitieux dans le domaine de la logistique, au service de ses clients. Le groupe  aura dorénavant la capacité de répondre, partout dans le monde, à tout besoin logistique de ses clients grâce à une offre couvrant l’ensemble de la chaîne logistique, et notamment le groupage (LCL), le fret aérien, la gestion des commandes (purchase order management), la logistique contractuelle (contract logistics) ou encore les procédures de dédouanement ».

Avant Ceva, CMA CGM représentait un groupe de 37 000 personnes avec 23,48 M$ de chiffre d'affaires dans le transport maritime de conteneur. Aujourd'hui avec Ceva, assure le groupe, il est aussi un groupe de logistique terrestre, représentant un ensemble de 110 000 collaborateurs avec 30 Md$ de chiffre d’affaires.

Concrètement, il est question de la création d'un « centre opérationnel à Marseille pour y regrouper les équipes managériales et les fonctions support, soit 200 emplois (créations et transferts) ». Un rapprochement justifiée notamment pour des raisons structurelles de « productivité, de recentrage des équipes locales sur le service client, de simplification de l’organisation interne ».

Il faut replacer l'initiative de CMA CGM sur Ceva dans un contexte de grande effervescence pour le secteur de la logistique, à l'heure où Panalpina passe dans l'escarcelle de DSV, anticipant d'autres mouvements de consolidation, tandis que les grands armements conteneurisés poussent toujours plus loin leur intégration verticale.

A.D.