©DR

 

Cela fait quelques années que le port anglais de la côte sud investit dans les aménagements et en attendait la finalisation. Mais la cérémonie de baptême et le voyage inaugural du nouveau navire amiral de P&O Cruises n’auront pas lieu. L’introduction du plus grand paquebot du Royaume-Uni est reportée.

Southampton, qui se décrit comme le port le plus fréquenté d'Europe pour les croisières avec chaque année 500 escales et deux millions de passagers, attendait avec impatience la saison estivale qui s’annonçait exceptionnelle avant que le virus ne frappe. Le clou de la saison devait être la cérémonie de baptême et le voyage inaugural du nouveau navire amiral de P&O Cruises, l'Iona. Avec sa capacité d’accueil de 5 200 passagers, il s’imposait sans conteste comme le plus grand navire de croisière jamais construit pour le marché britannique. La croisière vers les fjords norvégiens devait partir le 14 mai.

Mais cette semaine, P&O Cruises a confirmé que la reprise des départs était repoussée « au plus tôt » au 15 mai, mais elle risque d'être reportée à plus tard encore. En outre, le paquebot a pâti des retards pris à Papenburg, sur le site du chantier naval allemand Meyer Werft, où des cas de coronavirus ont été détectés chez des ouvriers, ce qui a amené le placement en quarantaine de dizaines d'autres employés du chantier et provoqué le ralentissement de la fin de la construction.

Comme toutes les autres compagnies de croisière, P&O Cruises a suspendu ses activités, rapatriant toute sa flotte au Royaume-Uni. Trois de ses six navires –Britannia, Arcadia et Ventura – sont actuellement amarrés à Southampton, tandis que les Aurora et Oceania sont temporairement immobilisés au port de Douvres et l'Azura à l'île de Portland. 

Meyer Werft doit « maintenir sa production aussi longtemps que possible »

12 M£ de travaux

Les aménagements pour accueillir l’Iona à Southampton sont en cours depuis près de deux ans, grâce à un travail d'équipe entre Carnival UK, la société-mère de P&O, l’Associated British Ports, le propriétaire du port et d'autres prestataires de services.

Royal Caribbean devait aussi y positionner son paquebot de 4 800 passagers Anthem of the Seas pendant la saison d'été 2020, aux côtés de son Independence of the Seas (4 370 passagers). Mais tout est désormais suspendu. Ainsi en va-t-il aussi des projets de Celebrity Cruises pour son navire Edge Celebrity Apex construit en 2019 qui devait partir du port britannique pour sa saison inaugurale, également prévue en mai.

Pour accueillir l'Iona et les autres géants des mers, Associated British Ports a entrepris des travaux pour un montant de 12 M£ afin d’augmenter de 50 % la capacité de son terminal, l’équiper d’installations de soutage en GNL et couvrir les toits de 2 000 panneaux photovoltaïques. Le port dispose par ailleurs de trois autres terminaux de croisière, plus petits.

En outre, Southampton s’est lancé dans l’électrification de ses quais, un projet pour lequel il a reçu en février une subvention de 4,4 M£ de Solent LEP (Local Enterprise Partnership). Il deviendra alors le premier port commercial du Royaume-Uni à proposer ce service.

Robert Jaques