Le HMM Algésiras est l'un des 12 porte-conteneurs de 23 000 EVP que reçoit depuis quelques mois HMM ©DR

 

C’était attendu, c’est désormais officiel. Après 21 trimestres dans le rouge, la compagnie sud-coréenne a enregistré au second trimestre un bénéfice d’exploitation de 115 M$ et un résultat net positif de 23 M$ contre des pertes de 94 M$ et 166 M$, respectivement, il y a un an.

HMM revient dans le vert et elle s’offre un retour à meilleure fortune en pleine crise sanitaire… Ses pertes ayant été limitées au 1er trimestre, la compagnie coréenne peut même se targuer d’un bénéfice d’exploitation de 113 M$ sur le premier semestre et d’un résultat net négatif de seulement 31 M$. Ceci malgré une baisse de revenu de 0,9 % liée au recul de 20,9 % du volume de conteneurs transportés, à 1,8 MEVP.

HMM a réduit ses pertes au premier trimestre

La direction attribue cette embellie à la rationalisation de ses services tant au niveau du vrac que des conteneurs, à la bonne tenue de ses taux de fret, à son adhésion à THE Alliance et à l’entrée en service de ses méga porte-conteneurs de 24 000 EVP sur la liaison Asie Europe qui ont pratiquement tous fait le voyage à plein. Il faut y ajouter la baisse du coût de soute avec la déconfiture des marchés pétroliers. Le coût moyen du carburant s’est établi à 352 $/t depuis le début de l’année contre 396 $/t en 2019.

Les mégamax de HMM créent le spectacle en Europe

En raison des incertitudes liées au Covid-19 et à la brouille entre Pékin et Washington, HMM se veut prudent pour la seconde moitié de l’année. La compagnie table sur un maintien de tarifs élevés pour les liaisons transpacifiques grâce à la reprise de l’activité économique aux États-Unis, ne prévoit pas dans l’immédiat de gros changements sur les liaisons avec l’Europe bien que la concurrence pourrait opérer plus de services qu’au premier semestre mais s’attend par contre à une concurrence accrue et des prix sous pression sur les routes intra-asiatiques.

Thierry Joly