©NBC

 

Une décision pour le moins inédite a été prise ce 21 juin dans la nuit par la Préfecture maritime de Méditerranée face à la menace d’un mouvement dur des organisations syndicales (STC, CGT, CFE-CGC MARINE) de la Méridionale qui avaient déposé un préavis de grève reconductible à compter de ce jour.

Pour interdire l’accès au port d’Ajaccio aux trois navires de la Méridionale, Girolata, Piana et Kallisté, la préfecture maritime invoque des « risques à l’ordre public, la menace à la sécurité maritime et la nécessité de préserver la liberté de naviguer ».

Le Girolata qui faisait route depuis Marseille vers Ajaccio —avec à son bord des passagers et du fret— a été dérouté ce 21 juin au matin vers Propriano tandis qu’un important dispositif sécuritaire a été déployé sur les quais de la ville impériale. La décision de la Préfecture de Méditerranée attise les tensions au sein de la filiale du groupe Stef qui s’insurge que de telles mesures n’aient pas été prises durant les mois de conflit à la SNCM en 2017. Grèves et blocages qui avaient perturbé la continuité territoriale.

En cette veille de week-end, les liaisons maritimes sont interrompues au départ de Marseille. Outre l’arrêt des rotations des Piana et Kallisté, la flotte de Corsica Linea est bloquée par le personnel gréviste de la Méridionale. Écartée des lignes de Bastia, Ajaccio et Ile Rousse pour la future délégation de service public maritime transitoire Corse, par l’Office des transports de la Corse, la Méridionale voit son avenir s’assombrir. Le rapport de l’OTC doit être examiné la semaine prochaine par l’Assemblée de Corse.

N.B.C