©Maud Favre

 

L’accord conclu entre les deux compagnies en vue de présenter une offre commune dans le cadre de la future DSP pour la période 2021-2027 ne les satisfait pas totalement sur le volet social mais il préserve l’essentiel. Les salariés grévistes de la CFTC-STC de La Méridionale ont donc décidé le 29 janvier la reprise du travail.

Après avoir essuyé plusieurs jours de grève et à l’issue d’une phase de négociations, les compagnies maritimes opérant sur la Corse, Corsica Linea et La Méridionale, se sont finalement mises d’accord le 28 janvier sur un projet industriel en vue de présenter une réponse commune à l’appel d’offres pour la desserte maritime de la Corse du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2027, et dans un cadre juridique différent, celui du Semop. Depuis le 10 janvier, deux navires de La Méridionale et trois unités de Corsica Linea étaient bloqués à l'appel du Syndicat des travailleurs corses (STC) et de la CFTC de la filiale du groupe Stef. Les grévistes réclamaient notamment la conclusion d'un accord entre les deux armateurs afin de préserver les emplois, sérieusement menacés par l’éviction de la Méridionale de la future desserte maritime corse (2021-2027). Un scénario probable dans la perspective où Corsica linea aurait répondu en solo à l’appel d’offres de la future DSP 2021-2027. Le syndicat nationaliste corse souhaitait ardemment que la Méridionale puisse continuer à desservir les ports principaux d’Ajaccio et Bastia.

Les salariés grévistes de la CFTC-STC de La Méridionale ont donc décidé le 29 janvier la reprise du travail après 21 jours de grève même si l’accord ne répond pas en totalité à leurs revendications. Il permettra néanmoins de préserver 439 emplois, a défendu Cyril Venouil, délégué STC de La Méridionale. Le représentant du personnel a toutefois une incertitude sur le sort de Bastia et de ses 13 salariés, pour lesquels des discussions sont toujours en cours et qui pourraient être maintenus dans le cadre d'un projet d'ouverture de ligne ou d'une reprise par Corsica Linea. Chez Corsica Linea, la CGT n’avait pas appelé à la reprise du travail. 

Écartée de Bastia ?

L'accord conclu entre les deux armateurs prévoit pour Corsica Linea, deux bateaux sur Bastia, un sur l'Île Rousse, un sur Propriano et un sur Ajaccio. La Méridionale pourra déployer un navire sur Porto-Vecchio, un sur Ajaccio, et un autre pour assurer les arrêts techniques de la flotte, soit « une activité partielle sur l'année pour pallier trois à quatre arrêts techniques par an ». Mais selon les informations du JMM délivrées le 28 janvier, l’accord à venir pour les sept prochaines années écarte la filiale de Stef de Bastia.

Pour rappel, il y aura une desserte « transitoire » des ports de Propriano et Porto-Vecchio pour 11 mois, soit jusqu’au 31 décembre prochain. La période a été scindée en deux, l’une de trois mois pour laquelle ni Corsica Ferries ni Corsica Linea n’ont candidaté, et une autre à compter du 1er mai, pour laquelle l’Office des Transports corses doit lancer un appel d’offres.

A.D