©DR

 

Haro sur la création de valeur pour le client. Ils sont de plus en plus nombreux, parmi transporteurs de conteneurs, à digitaliser leurs services pour simplifier les opérations des chargeurs. Après ZIM, Maersk, Hapag-Lloyd, CMA CGM et Evergreen, MSC lance son propre système de réservation instantanée.

Les PME, ces petits chargeurs souvent négligés, seraient-elles un enjeu de marché pour les transporteurs maritimes ? Les outils que ces derniers développent semblent tout à fait étudiés pour leur simplifier la vie, en leur permettant de gérer directement leurs fret, de suivre la marchandise de bout en bout, d’estimer le retard, ou… de réserver directement en ligne. Tous les canaux de vente y passent, devenus les nouveaux terrains de la transformation digitale pour les transporteurs maritimes, par ailleurs partenaires des freight forwarders, lesquels ont depuis longtemps investi le champ numérique.

Après ZIM, Maersk, Hapag-Lloyd, CMA CGM et Evergreen, MSC enrichit sa plateforme commerciale myMSC d’une nouvelle fonctionnalité : le devis instantanée. L’outil permettait jusqu’à présent à un chargeur de récupérer des documents tels que les confirmations de réservation et les avis d'arrivée, de soumettre des instructions d'expédition, d’indiquer la masse brute vérifiée (MGB), de suivre des expéditions ou de recevoir des notifications.

Désormais, en quelques clics et en moins d'une minute, 24h/24 et 7 J/7, en sélectionnant les points de départ et d'arrivée de l'expédition et le volume, les clients peuvent voir les options de tarifs d'expédition, le temps de transit estimé, l'itinéraire et générer automatiquement le devis, frais inclus. Ils peuvent ensuite enregistrer et/ou transmettre à plusieurs contacts pour une réservation ultérieure. L'outil peut être utilisé pour les réservations de conteneurs secs de taille standard (20 et 40 pieds) et High Cube (40 et 45 pieds). Actuellement, la majorité des réservations sont effectuées hors ligne, et il peut s'écouler un certain temps avant qu’elle ne soit effectuée.  Cela permet de « réduire les risques d'erreur humaine », vante le transporteur de Genève.

CMA CGM, Maersk et MSC rééditent numériquement l'alliance P3 avortée

Transparence et efficacité

La fonction de devis instantané n'est actuellement disponible que pour les itinéraires commerciaux d'Amérique du Nord vers l'Europe et d'Asie vers l'Europe mais devrait être progressivement étendu dans le courant de l'année, précise le n° 2 mondial du transport maritime de conteneurs. Pour les endroits où des services intermodaux sont disponibles, les clients peuvent opter pour des tarifs de bout en bout, de l'origine à la destination.

« La pandémie a accéléré la tendance à la numérisation au sein de l'industrie. Cette mise à niveau de myMSC illustre nos efforts pour améliorer l'efficacité et la transparence et d’offrir à nos clients davantage d'options », assure André Simha, directeur du service numérique et de l'information du MSC, par ailleurs très impliqué dans la Digital Container Shipping Association (DCSA), dont MSC est un membre fondateur. L’association fédère les plus grands armements conteneurisés avec pour objet de lever les verrous à la digitalisation du fret maritime via l’interopérabilité notamment.

Bal numérique

MSC rejoint le club tardivement. Fin 2018, Maersk avait ouvert le bal numérique en présentant une offre de réservation de conteneurs en ligne, « aussi facile que pour réserver un billet d’avion ». L’outil permet aux chargeurs de connaître de façon instantanée et immédiate les capacités disponibles sur les navires, la liste des dépôts proposant des conteneurs vides et surtout de garantir que « leur réservation ne sera pas annulée lors des étapes suivantes », ce qui est en soi était le vrai intérêt du système. L’armateur danois avait alors fait valoir que 10 % des booking sont soit annulés, soit reportés sur un autre navire pour des raisons techniques. Et les réclamations comptent pour 15 % des appels et du temps de communication du service client, générant l’échange de près de 200 000 emails chaque mois, expliquait alors le danois. En même temps que la confirmation instantanée, Maersk a rendu possibles les réservations depuis son application mobile et pour toutes les marques du groupe. Maersk a aussi lancé une plateforme de gestion en ligne de dédouanement des expéditions.

Kuehne+Nagel vers l'ETA prédictive

Simulateur de surestaries

CMA CGM a dévoilé en mai 2019 un système de réservation instantanée en ligne de conteneurs (« eSolutions »),  intégrant tous les services d’une agence en ligne et les divers canaux d’e-commerce (EDI, API). La grande majorité des réservations du groupe se faisait déjà via des solutions de commerce électronique, dont la moitié sur sa propre plateforme. Mais là aussi, la confirmation immédiate apporte la valeur ajoutée au système. Les clients de CMA CGM peuvent désormais accéder en temps réel et en quelques clics à diverses fonctionnalités : devis instantanés, réservations (en une seule étape), connaissements électroniques, tracing et tracking des conteneurs, paiement en ligne des factures, estimation des coûts en temps réel, y compris un simulateur de surestaries. Le transporteur avait alors vendu que « d’autres fonctionnalités devaient enrichir progressivement la plateforme ».

Que la bataille se porte sur le contrôle du fret ou sur celui de l’information, les transporteurs semblent vouloir se réapproprier leurs clients. Voire la connaissance de leurs clients voire celle de leurs flux que seuls maîtrisent vraiment aujourd’hui les freight forwarders. Une mine de datas. De leur côté, les chargeurs ne vont bientôt plus savoir à quelle offre digitale se vouer, noyés sous la vague d’options à portée de clics. Kuehne+Nagel vient aussi d’enrichir son outil Sea Explorer, qui en deux clics et une seule interface, permet au client d’identifier le service le plus pertinent par rapport à son besoin de transport et à sa politique environnementale.

Adeline Descamps