©Hyundai Intelligent Navigation Assistant System

 

 Corée et Japon accélèrent sur les navires autonomes alors que la Chine a déjà déposé de multiples brevets.

Suite à une étude de faisabilité d’un an, le gouvernement coréen a décidé d’investir 132 M$ dans le développement d’ici à 2025 de deux navires autonomes. L’un de niveau 3, c’est à dire commandé à distance sans personnel embarqué. L’autre de niveau 2, lui aussi piloté à distance mais ayant un équipage réduit, destiné à la navigation en eaux côtières.

Les travaux seront conduits par le Korea Research Institute of Ships and Ocean Engineering avec des essais en mer menés depuis Ulsan, le tout sous l’égide du ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Énergie et de celui des Affaires maritimes et des Pêches. Une collaboration avec les chantiers du pays en pointe sur le sujet n’est pas exclue.

Navigation avec 5G

En décembre dernier Samsung Heavy et SK Telecom ont testé avec succès un système de contrôle de navigation à distance utilisant la 5G sur un bateau de 3,30 m éloigné de 250 km. En avril, HHI a expérimenté avec succès son Hyundai Intelligent Navigation Assistant System (HiNAS) sur un vraquier de 250 000 tpl. Développé en partenariat avec le Korea Advanced Institute of Science and Technology (KAIST), il associe intelligence artificielle, caméras classiques et thermiques pour détecter les obstacles par tous temps et alerte la passerelle en cas de danger.

Organisme à but non lucratif, la Nippon Foundation a de son côté annoncé qu’elle soutiendra les entreprises japonaises travaillant sur les navires autonomes. En 2020 et 2021, elle va ainsi financer les essais en mer de deux prototypes conçus par un consortium menés par MOL. Un porte-conteneur de petite taille navigant près des côtes et un ferry qui reliera Tokyo à Sapporo. Elle aidera aussi un second consortium réunissant Marubeni Corporation et Mitsui E&S qui prévoit des essais similaires avec un petit ferry près de Yokohama.

Corée et Japon n’ont pas de temps à perdre car, selon la société de conseil en technologie et innovation maritime Thetius. À ce jour 96 % des dépôts de brevets relatifs aux technologies de navigation autonome ont été effectués en Chine. Le pays s’est par ailleurs doté d’une zone d’essais en mer de 777 km2 près de Zhuhai, dans le Guangdong. Fin 2019 le groupe Yunzhou Tech y a testé avec succès un cargo autonome.

Thierry Joly