Le pétrolier chinois Sinopec, qui raffine d'ores et déjà du 0,5 % à Shanghai, Jinling et Hainan, prévoit d’en produire également dans sept autres de ses raffineries pour porter sa production à 10 Mt en 2020.

 

Le géant chinois Sinopec n’est pas le seul pétrolier d’Extrême-Orient à s’activer en prévision de l’entrée en vigueur des nouvelles normes d’émissions de l’OMI. Hyundai Oilbank et SK Energy en Corée, JXTG Nippon Oil & Energy, Cosmo Oil au Japon, CPC à Taiwan sont tous en ordre de marche.

Le pétrolier chinois Sinopec, a annoncé qu’il  portera sa capacité de production de fuel à faible teneur en soufre (LSFO) à 10 Mt en 2020 et 15 Mt en 2023. L’entreprise prévoit pour cela d’en produire dans sept autres de ses raffineries, en plus de Shanghai, Jinling et Hainan qui raffinent déjà du 0,5 %. 

Dès à présent disponible dans les ports de Shanghai et Ningbo, il sera à partir de 2020 distribué dans tous les principaux ports du pays où, en vertu d’un accord conclu début juin, Marubeni se chargera de l’avitaillement des navires nippons. Sinopec prévoit également de le commercialiser dans une cinquantaine de ports internationaux, dont Singapour et le sri-lankais Hambantota.

Mais Sinopec n’est pas le seul pétrolier d’Extrême-Orient à s’activer en prévision de l’entrée en vigueur des nouvelles normes d’émissions de l’OMI. En Corée, Hyundai Oilbank a déclaré qu’il fournira du LSFO dans les principaux ports coréens dés octobre de cette année et augmentera sa capacité de production en mai 2020. De son côté SK Energy est en train de doter sa raffinerie d’Ulsan d’une unité de désulfurisation et sera en mesure d’en fournir début 2020.

Au Japon, JXTG Nippon Oil & Energy, qui réalise à ce jour plus de 40 % des avitaillements de carburant dans les ports du pays, a assuré qu’il disposera de LSFO dès octobre à Yokohama et dans les autres grands ports de l’archipel. Le troisième raffineur nippon Cosmo Oil affirme qu’il sera prêt à la même date et va à cet effet augmenter sa capacité de production dans sa raffinerie d’Osaka. Enfin, à Taiwan, la compagnie pétrolière nationale CPC propose déjà depuis janvier un avitaillement en LSFO par barges dans les ports de Kaohsiung, Taichung et Keelung ainsi que par camions dans ceux de Sao et Hualien.

Thierry Joly

Cet article s'inscrit dans une enquête 

IMO 2020 : Y aura-t-il du fuel dans les ports après Noël ?

IMO 2020 : Le couple HFO-scrubbers a la cote

ExxonMobil se dote d'une raffinerie « hyper-performante » à Rotterdam

IMO 2020 : Total évangélise son marché au bon usage des carburants

Le commerce de GNL se porte bien