Le groupe taïwanais a fêté ses 50 ans ce 1er septembre en présence de quelque 1 000 invités, partenaires et clients, venus du monde entier.

 

Un temps solennel comme les Asiatiques sont capables de les générer, entre tradition et obséquiosité, à contre-courant de la culture occidentale. Le groupe taïwanais a célébré son 50e anniversaire ce 1er septembre à Taipei, à la Fondation Chang Yung-Fa, siège de l'association caritative créée par le fondateur et président du groupe, Y.F. Chang, disparu en janvier 2016 à l’âge de 88 ans. En présence du ministre taïwanais des Transports et des Communications, Wu Hong-Mo, de ses  employés, de quelque 1 000 clients et partenaires invités, issus de plus de 50 pays. La célébration a ainsi été ouverte par les chants de la chorale de l'école primaire Jiahsing (Hsinchu), distinguée par le premier prix à l’occasion du 31e Concours Choral Franz Schubert à Vienne en juin dernier.

« Full steam ahead », que l’on pourrait traduire par le français mais peu éloquent « En avant toute ! » ou le plus suggestif italien « Forzia », a été choisi comme la baseline de la bannière dessinée à cet effet.

« Les vagues vertes et les lignes traduisent la magnifique énergie de l'océan, symbolisent la constance et les innovations du développement du groupe. La boussole représente la philosophie d'entreprise du fondateur qui montre le chemin des valeurs de l'entreprise aux employés pour savoir surmonter les obstacles rencontrés au cours de la navigation. Les points pulsants signifient la vitalité de chaque entité commerciale », poétise le communiqué de presse. Une allusion feutrée sans doute aux nombreux obstacles – « l'incendie qui a ravagé l'île Ever, le manque de soutien des institutions financières et le monopole des conférences » - qui ont jalonné les deux premières années d’existence de cette société ainsi créée le 1er septembre 1968.

Pénalisé par les "conférences"

Le Taïwanais, comme tous les Asiatiques d’ailleurs, n’a en effet pas aidé par l’avénement des « conférences » quand dans les années 1990, le marché de la ligne régulière se restructurant, à coup de grandes opérations de fusions et acquisitions, les européens ont pris le lead. Pourtant déjà puissant à l’époque après avoir « avalé » Uniglory, Hatsu Marine et l’italien Lloyd Triestino, Evergreen se voit desceller du piédestal dès les années 2000.

Derrière le consortium japonais One, regroupant Mitsui Ocean Line (Mol), Nippon Yusen Kaisha (NYK) et "K" Line (plus d’1,5 MEVP de la capacité mondiale), l’armateur asiatique est aujourd'hui au 7e rang mondial dans le classement actualisé en temps réel d’Alphaliner, avec 5,2 % de la capacité mondiale déployée (1,171 MEVP) et une flotte de 204 porte-conteneurs dont 115 en propriété, et 73 navires en commandes. En début d’année, Evergreen a annoncé un investissement de 1,8 Md$, dont 800 millions en propre pour affréter 12 navires à long terme auprès d’investisseurs et en commander huit. Des cinq chantiers présélectionnés, c’est finalement Samsung heavy industries qui a été choisi pour une commande (750 M$ ) de huit navires de 12 000 EVP, livrables en 2020 et 2021.

« En 1972, Evergreen a lancé le premier service de ligne entre l'Extrême-Orient et le Moyen-Orient, accompagnant les chargeurs taïwanais à expédier vers une région en plein essor », retracent les services de communication du groupe. « En 1979, elle ouvre l'Extrême-Orient à l'Europe en tant que transporteur indépendant, rompant ainsi le monopole de la Far Eastern Freight Conference. En 1984, Evergreen ouvre des services "tour du monde"», s’imposant dès 1985 comme la plus « grande compagnie maritime de conteneurs au monde ».

Particularité d’Evergreen dans un environnement maritime 

Presque de façon icongrue, l’armateur annonce, à l'occasion de son 20e anniversaire, son investissement dans le fret aérien en créant la toute première compagnie privée sur l'île, Eva Air, qui verra le jour en 1989 mais n’assurera son premier vol commercial qu’en 1991.

« Á défaut de devenir la plus grande compagnie aérienne au monde en raison des restrictions des droits de trafic, Eva Air doit être la plus sûre et la meilleure au monde » avait alors déclaré Y.F. Chang, dont on sait peu de choses (certifiées) si ce n’est qu’il est le fils d'un marin de Chine continentale. Mais sur ses soutiens financiers quand il s’est lancé - quatre ans après sa création, il était propriétaire de 12 navires – la légende imprime l’histoire.

Dans le cadre de la reconfiguration des alliances en 2017, Evergreen a donné sa « préférence » à Ocean Alliance, aux côtés de CMA CGM, Cosco et OOCl, ces deux derniers ne faisant plus qu’un désormais. Le reste de son histoire reste à écrire et c'est pour le 100e anniversaire qu'a donné rendez-vous le staff de l'armateur (une trentaine de cadres dirigeants) réunis sur la scène pour couper le gateau d'anniversaire. 

 

--- A.D ---