©DR

 

Après un semblant de pause, les « voyages à vide » vont s’accélérer au troisième trimestre 2020, indique l’analyste Sea-Intelligence dans sa dernière édition. La semaine dernière, les transporteurs ont annoncé le retrait de 521 000 EVP supplémentaires. 

La revue hebdomadaire de Sea-Intelligence n’apporte pas de bonnes nouvelles aux chargeurs pour le 3e trimestre ni de perspectives enthousiasmantes pour le commerce international au cours du second semestre. L’analyste danois sous-estimait la lame de fond. Il considérait il y a à peine deux semaines que les annulations de services et/ou d’escales atteignaient un plateau voire il constatait un rétablissement de certaines capacités.

Les traversées à blanc (blank sailing) semblent repartir à la hausse. Les compagnies, qui ont fait connaître leur programme sur certaines lignes, prévoient de retirer en cumulé 521 000 EVP. Ces annonces, faites la semaine dernière, représentent à elles seules une augmentation de 15 % par rapport à ce que les transporteurs avaient déclaré fin mai (semaine 22).

Il manquera, au cours du 2e trimestre, pas moins de 4 MEVP par rapport à l’offre de l’année dernière à la même période, soit trois fois plus que la capacité réduite pour le Nouvel An chinois en 2020. Entre avril et juin, la route Asie-Europe sera en déficit de 10 à 15 % de son offre (en année glissante) tandis que le marché transpacifique, vers les côtes ouest et est nord-américaines, accuse une perte moindre, entre 5 à 10 % de sa capacité.

THE Alliance annonce son programme pour le 3e trimestre

D’autres annulations à venir

Sea-Intelligence estime qu’il faut s’attendre à d’autres annulations au 3e trimestre. « Les compagnies de deux des trois alliances – 2M et Ocean – ont toutes deux présenté une réduction de capacité de 2 % seulement entre la côte ouest de l'Asie et l’Amérique du Nord, tandis qu'Ocean Alliance (CMA CGM, Cosco/OOCL et Evergreen, NDLR) n'a pas encore détaillé ses intentions sur les lignes Est-Ouest ».

Par ailleurs, les statistiques sur le commerce des conteneurs (CTS) portant sur la demande d'avril font part d’une baisse de 16,9 %. « En termes absolus, cela signifie une perte de la demande mondiale de 2,4 MEVP en avril et de 4,4 MEVP en année glissante, soit une contraction de la demande mondiale de 8,1 % », indique le danois, qui tempère son optimisme récent.

« Le fait que nous ayons vu des navires à plein sur certains trafics indique clairement que trop de capacités avaient été supprimées mais pas le signe d'un retour à la normale. Pour qu’il en soit ainsi, il faudrait que le nombre de blank sailing soient ramenés à zéro, ce qui n'est évidemment pas le cas », assure-t-il.

Adeline Descamps