©HMM

 

Les transporteurs maritimes ont réussi une gageure durant le premier trimestre : gérer une rupture réglementaire et une crise sanitaire planétaire. Ils s’en sortent néanmoins avec des bénéfices. Sur le plan commercial, ils continuent de tailler dans leur offre. 75 annulations de services déjà annoncées pour le 3e trimestre…

Les armateurs ont plutôt bien franchi le passage du gué que représentait le premier trimestre avec son lot de chausse-trappes : absorber la hausse des coûts liés à la réglementation sur le soufre dans les carburants marins en vigueur depuis le 1er janvier dernier et amortir le choc d’une crise d’un genre inédit, dont on connaît désormais l’effet trublion.

En dépit de ces attaques obliques, la plupart des premiers transporteurs mondiaux dans le secteur du conteneur ont manœuvré avec l’agilité financière nécessaire pour sortir de l’ornière trimestrielle avec des ratios d’exploitation améliorés par rapport au premier trimestre 2019. La croissance moyenne de la marge d'exploitation des dix premiers transporteurs* s’est élevée, relève Alphaliner, à 2,6 % contre 1,7 % enregistrée un an plus tôt alors même que la plupart affiche des volumes à la baisse (en moyenne de 3 %). Seules les compagnies One et HMM présentent des marges d’exploitation en repli, respectivement de 0,9 et 2,3 %. Les autres oscillent dans une fourchette entre 6,5 % (Hapag-Lloyd) et 3,2 % (Cosco). Le leader mondial Maersk a enregistré une croissance de sa marge de 5,8 % devant le transporteur français CMA CGM, à + 5,4 %.

AP Møller-Maersk a maintenu le cap au premier trimestre

Exceptés les armateurs japonais et sud-coréen, en déficit de 27 et 22 M$, leurs homologues affichent tous des bénéfices, plus ou moins confortables : 552 M$ pour Maersk, 296 M$ pour CMA CGM, 241 M$ pour l’armateur allemand Hapag-Lloyd et 241 M$ pour le géant chinois Cosco. Pour les autres de la classe conteneurisée, les résultats sont maigres. Les transporteurs taïwanais Evergreen et Yang Ming doivent se contenter de 12 et 4 M$ respectivement. Les compagnies israélienne et chinoise, ZIM et Wan Hai, affichent 27 et 21 M$ de bénéfices.

Hapag-Lloyd résiste au Covid-19 

La gestion serrée de l’offre et la demande a permis de maintenir de maintenir les taux de fret (en moyenne en croissance de 5 %). L’application des surcharges sur le bunker – le coût moyen par tonne de soute a augmenté de 23 à 33 % au premier trimestre – a joué les amortisseurs du coût du carburant à faible teneur en soufre que la majorité des navires, faute d’être équipé de scrubbers, ont brûlé. Et ce, quand bien même l’écart entre les carburants s’est considérablement resserré. Le deuxième trimestre devrait être de ce point de vue plus confortable dans un contexte de cours du pétrole anémié.

CMA CGM a maîtrisé ses ratios d'exploitation durant le premier trimestre

Le plus touché par la baisse des volumes reste Cosco, relève Alphaliner. La grande compagnie chinoise (avec OOCL) a vu en effet ses flux baisser de 4,7 %, « en raison de son exposition plus importante au marché chinois », premier à être touché par les mesures de verrouillage. Seul Hapag-Lloyd est parvenu à tirer ses trafics vers le haut, de 4,2 %.

Les résultats trimestriels de Cosco restent dans le vert

Naufrage attendu au 2e ou 3e trimestre ?

« Les revenus des transporteurs seront probablement durement touchés au deuxième trimestre, avec des baisses de volume plus importantes et attendues sur toutes les routes commerciales », projette le spécialiste des lignes maritimes. La moyenne du CCFI a en effet déjà baissé de 7,4 % par rapport au premier trimestre. Au regard des annonces, les compagnies s’y préparent en ajustant en permanence leurs calendriers aux mouvances des échanges. Lors de la présentation de son offre revue pour le 3e trimestre, THE Alliance – Hapag-Lloyd, HMM, One et Yang Ming – a déclaré qu'elle continuerait à annuler des traversées jusqu'en septembre au moins.

Maersk et MSC, partenaires au sein de 2M, ont été les premiers transporteurs à annoncer des réductions de capacité pour le troisième trimestre, prolongeant la suspension de leur service commun Asie du Sud-Est - Côte Est des États-Unis TP-11/Elephant (qui affecte également le ZIM en tant que co-chargeur) jusqu'à la fin juillet.

Les quatre porte-conteneurs de 23 000 EVP qui opèrent sur l'AE-2/Swan (Asie – Europe du Nord) sont en outre en train d’effectuer leurs dernières traversées. Les MSC Febe, MSC Samar, MSC Leni et MSC Arina rejoindront dès le 15 juin la boucle AE-11/Jade, sur laquelle avaient déjà migré le MSC Sixin et le célèbre MSC Gülsün en avril. L’autre service phare de 2M, AE-20/Dragon (Asie – Méditerranée), suspendu en avril, le restera également sur l'ensemble du troisième trimestre. Pour rappel, Marseille-Fos, desservi par un escale hebdomadaire avant avril, en a fait les frais

Réduction de capacité entre 15 et 18 % 

Sans l'arrivée, mi-juin, d’une nouvelle rotation commercialisée par MSC sous la marque Griffin, un service hybride bimensuel « desservant à la fois les routes Asie - Méditerranée et Asie - Europe du nord » (Shanghai - Ningbo - Yantian - Singapour - Tanjung Pelepas - Port Saïd - Rotterdam - Anvers - Singapour – Ningbo), la capacité retirée aurait été de 22 % pour 2M. « Les navires du nouveau service ne sont pas encore annoncés, mais ils compenseront quelque peu les annulations, entre 15 et 18 % », a calculé Lars Jensen, le PDG de SeaIntelligence, dans un de ses nombreux posts sur les réseaux sociaux. Les 22 % correspondent en fait à la seule suppression des deux services phares de 2M, Dragon et Swan.

Mais MSC a prévenu qu’il s’agissait là d’un « service de remplacement bimensuel » desservant à la fois les routes Asie-Méditerranée et Asie-Europe du Nord. « Il a pour vocation à compenser les perturbations actuelles de la supply chain dans l’hypothèse d’une augmentation progressive de la demande ».

Le supplice chinois d’Ocean Alliance 

Selon, Lars Jensen, 2M et THE Alliance totalisent 75 annulations pour le troisième trimestre. Toujours tardif dans ses annonces, Ocean Alliance – CMA CGM, Evergreen, Cosco/OOCL – n’a pas fait connaître son programme du 3e trimestre. L’alliance distille aux compte-gouttes ses informations. Elle a pour l’heure annoncé quelques annulations de départs prévus en juin et juillet (le 16 juin, entre le port chinois de Fuqing et Los Angeles ; un départ de Savannah, en Géorgie, le 24 juillet vers Qingdao, en Chine ; de Ningbo vers l’Europe les 14 et 28 juillet...). La reprise économique post-Covid se fera manifestement en slow steaming.

Adeline Descamps

* Maersk, CMA CGM, Cosco, One, HMM, Evergreen, Hapag-Lloyd, Yang Ming, Zim, Wan Hai

Hapag-Lloyd résiste au Covid-19 

Les résultats trimestriels de Cosco restent dans le vert

Zim démarre l'année en fanfare

One ne voit pas encore tout à fait la vie en magenta
 

HMM a réduit ses pertes