Le megamax, parti de Busan le 8 mai, a été pris en charge au Havre le 30 juin par Terminal de France, opéré par Générale de Manutention portuaire.©Haropa

 

Ils sont douze, tous capables de charger plus de 23 000 EVP et portent le nom d’un port européen. Depuis le début de l’année, les chantiers navals sud-coréens DSME et SHI les livrent à pas cadencés pour qu’ils soient déployés sur la longue route commerciale reliant l’Asie à l’Europe du Nord. Chaque escale inaugurale en Europe fait l’objet d’une véritable théâtralisation. Le HMM Oslo était au Havre. On en oublierait que la demande…

L’histoire est cocasse. Les ports européens qu’ils desservent – Le Havre, Rotterdam, Hambourg, Anvers... – leur réservent un accueil VIP. Pour HMM, les nouveaux nés s’avèrent encombrants et arrivent au plus mauvais moment alors que la demande a déserté le terrain de jeu du commerce international. Il y a encore quelques mois, lorsque la compagnie sud-coréenne était en pleine tractation pour choisir son alliance, la force d’appoint que représenteraient ses 12 porte-conteneurs de plus de 23 000 EVP apparaissait comme son plus grand atout aux yeux de ses futurs partenaires. Les deux série de mastodontes étaient alors en construction chez Daewoo (DSME) et Samsung Heavy Industries (HHI). Commandées en septembre 2018, elles étaient initialement prévues pour assurer un service hebdomadaire de très haute capacité entre l'Asie et l'Europe du Nord. Les unités livrées sont aujourd’hui condamnées à rejoindre des services FE4 et FE2 réduits de moitié en capacité et /ou fusionnés de THE Alliance, consortium associant Hapad-Lloyd, ONE et Yang Ming, que HMM a rejoint le 1er avril 2020.

Les porte-conteneurs megamax 24 – comme les nomme Alphaliner en raison de leurs dimensions (400 m de long, 61,50 m de large) permettant d’embarquer 24 rangées de conteneurs –, devaient aussi consacrer le grand retour du transporteur sud-coréen sur le trade Asie-Europe en tant qu’opérateur de navires. Un marché qu’il avait abandonné et qu’il ne desservait plus que par des slots affrétés sur les navires de ses ex-deux partenaires de 2M (Maersk et MSC) en vertu d’un accord à trois (échu le 31 mars) dans lequel la compagnie asiatique devait se contenter d’un statut de partenaire.

HHM a tranché en faveur de THE Alliance, et maintenant ?

Calendrier de livraison des 12 porte-conteneurs de plus de 23 000 EVP de HMM ©Alphaliner

Guerre des mégamax

Le HMM Algésiras (23 964 EVP), premier de la série des sept unités à livrer par DSME, a ouvert le ban. Il a notamment été reçu dans les ports du range nord-européen mais c’est à Hambourg où il a fait le plus de bruit médiatique. Ironie de l’histoire, au sud, l'habituelle escale du FE4 dans le port qui porte son nom n’a pas eu lieu...

Il a été suivi par l’arrivée du HMM Oslo (23 792 EVP), premier des cinq géants des mers qui doivent sortir des cales de SHI. Puis par les HMM Copenhague (23 964 EVP), HMM Gdansk et HMM Dublin (23 964 EVP), tous droit sortis de chez DSME. Le HMM Rotterdam (23 792 EVP) rejoindra en juillet le FE3 révisé de THE Alliance. Quant au HMM Saint Pétersbourg, il sera livré de cette série à la mi-septembre.

Leurs dimensions déclassent les premiers megamax 24 construits par les deux chantiers sud-coréens pour MSC. Le MSC Gülsün et ses cinq sisterships, construits par SHI, ont une capacité nominale de 23 756 EVP tandis que le MSC Mina et ses jumeaux, construits par DSME, ont une capacité nominale de 23 656 EVP. Ceux que le transporteur taïwanais Evergreen fait construire par SHI affichent 23 764 EVP, tandis que quatre autres unités, commandées par des filiales d'Evergreen aux chantiers navals chinois de Hudong Zhonghua et à Jiangnan Changxing, sont évaluées à 23 888 EVP. Les deux chantiers chinois sont aussi responsables de la construction des colosses pour CMA CGM qui auront toutefois une capacité légèrement inférieure de 23 112 EVP en raison de l’encombrement des cuves de GNL qui consomment l'espace de quelque 400 à 500 emplacements.

THE Alliance annonce son programme pour le 3e trimestre

Faute de grives...

Sans doute HMM aurait-il espéré que la pandémie, qui a suspendu le temps pour toutes les activités économiques et industrielles, diffèrent l’arrivée de ces centaines de milliers d’EVP dont ne veut pas le marché. Et ce d’autant plus que la compagnie a récupéré six navires de 10 081 EVP et trois de 13 092 EVP qui étaient affrétés par Maersk et MSC. Mais le report de livraison reste marginal. HMM a donc dû ajuster ses plans initiaux. La compagnie envisageait d’aligner progressivement sa nouvelle flotte jusqu'à la fin du troisième trimestre. Finalement, seuls six de ces méga navires rejoindront les services amaigris de THE Alliance d’ici là.

Comme à Hambourg, l’escale inaugurale du HMM Oslo au Havre a été accueillie en fanfare, notamment pour sa valeur symbolique alors que la pandémie continue de sévir. « Elle témoigne de la confiance renouvelée des armements dans le port du Havre. Port 2000 a été conçu pour recevoir ces plus grands navires. Cette infrastructure est une force pour Le Havre qui, à ce jour, est l’un des rares grands ports d’Europe du Nord à offrir des conditions nautiques comparables pour des porte-conteneurs de cette catégorie à pleine charge. Cet atout est l’une des raisons pour lesquelles les plus grandes alliances maritimes du monde choisissent de placer Le Havre sur la carte de leurs rotations », en a profité pour dire Baptiste Maurand, directeur général de Haropa - Port du Havre. Le megamax, parti de Busan le 8 mai, a été pris en charge le 30 juin par Terminal de France, opéré par Générale de Manutention portuaire (GMP). Il y reste jusqu’au 1er juillet.

Le Havre aura aussi droit à son megamax, qui devait initialement être livré en août mais sera quelque peu retardé. Et il doit cette reconnaissance à un armateur asiatique… C’est l’horizon indépassable du transport maritime.

Adeline Descamps

La nouvelle offre très attendue de THE Alliance

THE Alliance: la guerre des boucles mégamax