C'est la désertion au plus haut niveau chez Maersk. Quelques jours à peine après le départ du directeur d'exploitation Søren Toft, nommé peu de temps à la tête de MSC, c'est cette fois le retrait de la directrice financière Carolina Dybeck Happe qui est annoncé. Deux postes stratégiques à pallier...

Faut-il voir pas dans la démission à quelques jours d'intervalle de deux dirigeants et membres du comité exécutif l'expression d'un désaccord ou désaveu quant à la stratégie décidée dans les plus hautes sphères ? Quelques jours à peine après le départ du directeur d'exploitation Søren Toft, nommé peu de temps à la tête de MSC, c'est cette fois le retrait de la directrice financière qui est annoncé. Quoi qu'il en soit, les départs mettent à rude épreuve l'armateur de porte-conteneurs qui doit pallier deux postes vacants stratégiques.

Peu de temps après avoir pris en main la direction financière au sein du groupe Maersk, en janvier 2019, la Suédoise d’origine Carolina Dybeck Happe quitte ses fonctions. Elle a « accepté une autre opportunité en dehors de l'entreprise », indique de façon laconique le communiqué de l'entreprise. En l’occurrence, la Suédoise de nationalité rejoindra le conglomérat industriel américain en difficulté General Electric en 2020, où elle remplacera Jamie Miller à la direction financière, et où l’attendent des flux de trésorerie tendus, un bilan alourdi par la dette et des enquêtes fédérales sur la comptabilité de GE, indiquent les agences financières.

Exécuter un important plan de désendettement

« Au cours de l'année écoulée, A.P. Moller - Maersk a bien progressé sur le plan financier, comme l'illustre la dernière hausse des bénéfices en octobre 2019, a commenté Soren Skou, le CEO du groupe danois. Grâce à une assise financière renforcée, nous sommes bien positionnés pour la croissance future. J'aimerais remercier Carolina pour son temps court, mais productif chez A.P. Moller - Maersk. Elle s'est engagée à poursuivre sur la lancée des progrès réalisés et à assurer un transfert harmonieux et ordonné des responsabilités. Elle partira dans 12 mois au plus tard. »

En tant que CFO chez Maersk, elle devait executer, dans un contexte de marché tendu, un important plan de désendettement et remodeler le portefeuille de l'entreprise pour « assurer une croissance plus rentable ». C'était sa lettre de mission initiale.

Avant de rejoindre A.P. Moller-Maersk en tant que membre exécutif du groupe, elle était restée 16 ans, entre 2002 et 2018, au sein du fabricant suédois de serrures, portes et équipements de sécurité Assa Abloy AB, société cotée en Suède, pour laquelle elle a opéré dans différentes régions du monde et occupé pendant 7 ans la fonction de CFO. Elle est également membre du conseil d’administration d’E.ON SE depuis juin 2016 et de Schneider depuis avril 2019.

A.D.