Basé à Genève mais opérant essentiellement aux États-Unis, le prestataire de services maritimes pour l’industrie pétrolière et gazière indique une amélioration du marché avec une valeur de 353 M$ de nouveaux contrats.

Une signe de l’amélioration du marché offshore pour les prestataires de services maritimes ? La société suisse a indiqué ce 8 janvier une valeur de contrats totalisant 352,9 M$ depuis la publication de son dernier rapport trimestriel le 17 octobre 2019. En comparaison, l'entreprise affichait une augmentation d'environ 75 M$ de son carnet de commandes dans son rapport d'octobre.

Comme ses concurrents, le groupe de services maritimes au secteur pétrolier et gazier a souffert de la chute du baril en 2014-2015, qui a eu pour effet de ralentir les investissements dans l’exploration des compagnies pétrolières, forçant au passage les sociétés comme Transocean à se concentrer sur leurs coûts pour être rentables dans un environnement où le baril évolue entre 50 et 70 dollars. Transocean est particulièrement exposé à l’atonie du marché, en raison de son portefeuille clients – Shell et Chevron lui assurent une grande partie de ses revenus, deux sociétés qui ont considérablement ralenti leurs investissements offshore – et de sa zone d’intervention. La Guyane, l'une des plus importantes sources de pétrole et de gaz offshore au monde, n’est plus un « hot spot ».  

À ce jour, le secteur du forage pétrolier demeure toujours sous pression. La dette à long terme de l’entreprise, notée « B » chez Standard & Poor’s, totalisait à l’issue du troisième trimestre 9 Md$. Le carnet de commandes de l’entreprise atteignait alors 10,8 milliards.

Taux d’affrétement élevés 

Dans le détail, les cinq nouveaux contrats représentent une valeur de 234,82 M$. Dans le Golfe du Mexique, le Discoverer Inspiration a été mis sous contrat avec Talos pour 120 jours à 210 000 $ par jour, tandis que le Deepwater Asgard a été affrété à Beacon pour 200 jours à 220 000 $ par jour. Le Dhirubhai Deepwater KG2 a été mis au service de Woodside pour des opérations au Myanmar à un taux de 250 000 $ par jour pendant 180 jours.

Transocean a également conclu deux nouveaux contrats pour des semi-submersibles. Leiv Eiriksson a été contracté par ConocoPhillips en Norvège pour 125 jours à un taux de 235 000 $ par jour et Development Driller III, au large de la côte de Trinité-et-Tobago pour une période de 365 jours à un taux de 250 000 $ par jour. Des options ont été exercées par Equinor, Petronas, Beacon et BHP pour une valeur de 118,16 M$.

 

Nouveaux contrats depuis octobre 2019

 

Options exercées depuis octobre 2019

« La demande des clients pour des unités aux spécifications les plus élevées est maintenant égale ou supérieure au nombre d'appareils de forage commercialisables et actuellement disponibles dans de nombreuses régions. En conséquence, les nouveaux contrats reflètent de manière plus cohérente des taux journaliers sensiblement plus élevés, ce qui va générer un flux de trésorerie nettement amélioré », a commenté Jeremy Thigpen, président et directeur général de Transocean.

Cotée à la bourse de New York, Transocean y est valorisée à hauteur de 4,2 Md$. Elle opère dans une vingtaine de pays, compte 9 000 employés et détient totalement ou partiellement des participations dans une flotte de 45 navires.

Adeline Descamps