Ancône fait partie des ports italiens qui pourraient bénéficier de l'ouverture de la nouvelle ligne ro-ro que Aegan ouvre entre la Grèce et la Turquie. ©DR

 

L'armement grec Aegan Seaway ouvre à compter du 2 juin une ligne ro-ro qui devrait avoir des retombées importants pour certains ports italiens. Et concurrencer le danois DFDS...

L’armateur grec Aegan Seaway vient d’annoncer l'ouverture d’une nouvelle ligne ro-ro entre la Turquie et la Grèce. Ce nouveau pont maritime, qui sera mis en place à partir du 2 juin prochain, reliera les ports de Lavrio situé à 60 km d’Athènes et Izmir, troisième ville de l’ex-empire ottoman et l’une des zones industrielles les plus importantes de la Turquie. Cette opération, qui permettra d’établir pour la première fois, des liaisons régulières entre les ports de ces deux pays, aura également des retombées importantes sur les ports italiens de Bari (sud), Ancone (Ligure) et Venise, actuellement desservis par les compagnies Grimaldi, Superfast et Anek. Le port de Lavrio étant situé à quatre heures de route d’Igoumenitsa, couverte par des liaisons maritimes régulières avec l’Italie comme celui de Patras par ailleurs, cette nouvelle ligne servira en effet également indirectement de nouveau pont maritime entre la péninsule et la Turquie. 

En concurrence directe avec DFDS

Selon Bulent Ipek, président de l’armateur Aegan Seaway, ce nouveau service entre en concurrence directe avec les lignes maritimes du Danois DFDS, qui relient Trieste à la Turquie, et devrait surtout désengorger la circulation routière à la frontière greco-turque et augmenter le volume des échanges commerciaux vers l’Italie. Plutôt avare de détails quant au type de navire affrété pour la nouvelle liaison, Bulent Ipek a toutefois révélé qu’elle pourra transporter jusqu’à 1 200 passagers, quelque 300 véhicules et 40 poids lourds.

Ariel F. Dumont