Le groupe pétrolier français chercherait à vendre la participation minoritaire qu'il détient dans le terminal GNL de Fos-Cavaou aux côtés d'Elengy ainsi qu'un dépôt pétrolier à Fos. Des opérations dont il pourrait tirer autour de 450 M€. L'annonce n'est pas sans rappeler un précédent : la vente des 65 % détenus par EDF dans le terminal méthanier de Dunkerque. 

D'après Les Échos, le goupe pétrolier français aurait mandaté la banque d'investissement Nomura pour vendre les 27,5 % qu'il détient dans Fosmax LNG, la société qui gère le terminal GNL de Fos-Cavaou, opéré avec Elengy (filiale de GRTgaz, groupe Engie). Le Français chercherait aussi à se désengager d'un dépôt pétrolier situé à Fos, DPF. Cette opération n'est sans doute pas sans lien avec la conjoncture – le marché mondial de l'énergie marqué par la chute du prix du gaz – et avec le contexte de l'entreprise, qui a prévu de de vendre pour 5 Md$ d'actifs d'ici fin 2020 pour financer ses récentes acquisitions, dont les actifs africains d'Anadarko pour près de 8 Md$.  

Toujours selon le quotidien économique, la participation de Total serait évaluée à quelque 250 M€ et son associé Elengy n'aurait pas l'intention de faire valoir son droit de préemption. Pour avoir une idée du profil d'investisseurs qui pourraient être potentiellement intéressés, il existe un précédent. Les 65 % détenus par EDF dans le terminal méthanier de Dunkerque (avec Total, à 10 %), avaient trouvé preneurs en juillet 2018 auprès du gazier belge Fluxys, associé aux assureurs Axa et Crédit Agricole Assurance et à un consortium d’investisseurs financiers sud-coréens (Samsung Securities, Industrial Bank of Korea et Hanwha Investment Securities).

Fos Tonkin et Fos Cavaou, actifs gaziers clés du port de Marseille-Fos

Crée en 2010, Fos Cavaou est, avec Fos Tonkin (géré par Elengy), une des deux terminaux méthaniers clés permettant au port de Marseille de répondre à deux types de marchés : le transport de gros volume de gaz et l’activité de GNL de détail « small scale » pour le soutage de navires, chargement des camions citernes, etc. (entre 5 000 et 20 000 m3). Historiquement voué à la regazéification du gaz et à son injection dans le réseau de gazoducs, le terminal méthanier de Fos-Tonkin (3 Gm3 de capacité), anticipant l’arrêt, au 31 décembre 2020 du contrat d’approvisionnement en gaz algérien, prépare pour sa part depuis de longs mois déjà une éventuelle reconversion du site afin de répondre à la demande du marché du GNL de détail.

Fos Cavaou présenterait, selon les « sources concordantes » des Échos, un profil intéressant pour des investisseurs, les tarifs de gazéification étant régulés et régis par des contrats long terme (souvent de 20 ans). Total, qui revendique être un des 4 premiers acteurs mondiaux de GNL, a souscrit un contrat pluriannuel avec Fosmax pour lui assurer des capactiés, ce qui ne serait pas remis en cause à l'occasion du changement d'actionnaire. 

Quant au dépôt pétrolier DPF créé en 1970, Total, premier actionnaire, aux côtés d'acteurs de la distribution de carburants (ENI, BP, Auchan, Leclerc, Carrefour, Intermarché), aurait mandaté Crédit Agricole CIB pour mener à bien une opération qui pourrait lui rapporter dans les meilleures conditions quelque 200 M€.

Adeline Descamps