China Merchants Energy Shipping (CMES) a passé une commande pour la construction de deux très grands transporteurs de brut (VLCC) de 307 000 tpl au chantier naval chinois Dalian Shipbuilding Industry (DSIC). De son côté, le constructeur sud-coréen Hyundai Heavy obtient un accord pour la construction de deux VLCC de 300 000 tpl équipés de scrubbers. 

Le conglomérat chinois, présent dans le transport, la finance et l’immobilier, prétend désormais être le plus grand propriétaire mondial de VLCC et de VLOC (ex-VLCC convertis en minéraliers). La commande de CMES de deux VLCC au chantier naval chinois DSIC fait suite au contrat conclu entre CMES et China Shipbuilding pour quatre VLCC en novembre dernier. Elle porte le carnet de commandes en VLCC de DSIC à plus de 100 unités. Les deux navires devraient être livrés en juillet et septembre 2022. La valeur du contrat est estimée à 166,3 M$.

Le duo sera doté de certaines des dernières technologies visant à optimiser la consommation de carburant, dont un avec un système de propulsion à voile développé par le chantier chinois. CMES et DSIC ont testé ce système en 2018 sur le VLCC New Vitality. Cela avait été alors décrit comme une première dans l'industrie.

Huyndai Heavy aussi

De son côté, le constructeur sud-coréen Hyundai Heavy a décroché un accord pour la construction de deux VLCC de 300 000 tpl équipés de scrubbers. Le contrat, d'une valeur d'environ 160 M$, a été signé auprès d’armateurs européens dont l’identité n’a pas été révélée. Longs de 330 m et larges de 60 m, ils seront construits au chantier naval HHI d’Ulsan et livrés au cours du premier semestre 2022, a déclaré le constructeur naval. C'est la deuxième commande de pétroliers que le chantier sud-coréen remporte ce mois-ci. Le 7 mai, il avait obtenu une commande de 120 M$ pour deux transporteurs de pétrole brut de 158 000 tpl. Les navires seront également construits pour un exploitant européen et doivent être livrés d'ici la mi-février 2022. Pour rappel, HHI appartient, tout comme Hyundai Samho Heavy Industries et Hyundai Mipo Dockyard, à Korea Shipbuilding & Offshore Engineering Co. Au cours du premier trimestre, l’ensemble a enregistré un résultat net en hausse de 853,2 % par rapport à l'année précédente.

A.D.

La fin des VLOC convertis ?