Les ports du bassin de Seine – Le Havre, Rouen et Paris –, viennent de communiquer les trafics enregistrés au cours du premier semestre 2018. Des raisons pour le trio
de se réjouir.

45,85 Mt contre 45,87 Mt enregistrés entre les deux premiers semestres de 2017 et 2018. Cela s’appelle de la stabilité. Les conteneurs ont légère- ment fléchi à 1,407 M EVP, soit une baisse de 2,8 %, comme les vracs liquides qui affichent une baisse de 2,9 %, à 23,61 Mt. Mais ce n’est pas ce que veulent faire ressortir les ports du bassin de la Seine du clas- sique exercice de reporting.

« Le trafic maritime de conteneurs affiche un record historique sur l’hinterland avec un total de plus de 1 MEVP, soit le meilleur résultat depuis 5 ans », signale le GIE. La situation profite au trafic fluvial de conteneurs maritimes, en hausse de 12,6 % en EVP (76 000 EVP, à fin mai 2018).

Pour rappel, sur l’ensemble de l’année 2017, le trafic d’hinterland, d’environ 2 MEVP, était déjà en croissance de 7 % avec, notamment sur le range d’Europe du Nord, une hausse moyenne de 4 %, ce qui avait permis à Haropa de passer de 6,6 % de parts de mar- ché en 2015 à 6,9 % en 2017.

Ce premier semestre, l’envolée du trafic de céréales de 75 % a également généré une augmentation de 22,5 % du trafic fluvial en Île-de-France. Des données à modérer toutefois car, en 2017, Rouen (premier port céréalier français) avait été significativement impacté par la mauvaise campagne céréalière française 2016- 2017, les blés français étant sévèrement attaqués par les origines russes (cf. JMM Magazine n° 5089 en date de septembre 2018).

La croissance de 55 % du trafic maritime d’agrégats, sables et graviers (900 000 tonnes), profite également au fluvial (7,5 Mt), qui avait été particulièrement en- travé par l’épisode de crue (- 2 % à fin juin contre - 16 % à fin mars).

Le transport de matériaux de construction avaient déjà permis aux ports franciliens en 2017 de contribuer significativement à l’augmentation du « fluvial ». Les chantiers du Grand Paris Express et la reprise de la construction francilienne et normande n’y sont pas d’ailleurs pas étrangers.

--- A.D. ---