Avec la livraison du Cosco Shipping Planet de 21 237 EVP, le 3e armement mondial finalise la réception des 17 porte-conteneurs de plus de 21 000 EVP. Rapport de force et état des lieux des armements en termes d'ULCV alignés.

Clap de fin pour le programme de livraison du transporteur maritime chinois. Les 17 navires commandés en trois séries auprès de quatre chantiers navals chinois – Nacks de Nantong (4 unités de 19 273 EVP), Dacks de Dalian, Shanghai Waigaoqiao (trois de  20 119 EVP) et Dalian Shipyard –, ont tous été à ce jour réceptionnés. Soit les 11 commandes effectuées en septembre 2015, avant la fusion avec OOCL, et les 6 par la Hongkongaise en octobre de la même année (construits au chantier naval de Shanghai Waigaoqiao). Les livraisons étaient en fait prévues en 2017-2018, alors que la baisse de la demande et les taux de fret au plancher faisaient peser une menace de surcapacité, si bien qu'elles ont été différées en 2018 (pour 11 unités) et 2019 (six navires).

Long de près de 400 m pour 58,6 m de large, le Cosco Shipping Planet est un mégamax de 23 rangées de conteneurs, sistership du Cosco Shipping Star livré en juin dernier. Il a rejoint dernièrement le service MEX entre l'Extrême-Orient et le Moyen-Orient, exploité dans le cadre d'Ocean Alliance, se substituant au Cosco Shipping Himalayas de 14 568 EVP.

Parmi les 15 géants dans le monde

Depuis 2015, une quinzaine de navires détiennent des simili-records (dans le shipping, cela n'a pas beaucoup de sens, car les records s'enchâssent à une échelle de temps hyper cadencée). Les premiers construits furent les MV Barzan de l’ex-UASC acquise par Hapag-Lloyd (19 870 EVP), MSC Diana (19 462 EVP), MSC Reef (19 437 EVP) et MSC Anna (19 368 EVP).

L’année 2017 fut celle des livraisons pour l'armateur japonais Mitsui O.S.K. Lines, les MOL Triumph (20 170 EVP) et Truth (20 182 EVP), ce dernier construit par le chantier japonais d’Imabari Shipbuilding et exploité par ONE sur la route commerciale Asie-Europe du Nord dans le cadre du réseau commun aux trois transporteurs japonais.

Le MOL Triumph, livré par le sud-coréen Samsung Heavy Industries, fut le premier porte-conteneurs de la classe des 20 000 EVP au monde (par sa date de mise en service), mais rapidement déclassé cette année-là par le OOCL Hong Kong, navire de tête d'une série de six et qui fut le premier à avoir franchi le cap des 21 000 EVP (21 413 EVP) avec une longueur de 399,87 m et une largeur de 58,8 m. Livré en mai 2017 pour desservir la voie commerciale de l'Asie de l'Est vers l'Europe du Nord. 2017 fut aussi celle de Maersk, avec son Madrid Maersk (20 568 EVP), initiant sa série des 11 Triple E Class de deuxième génération, construit par Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering.

2018, année de Cosco

Cosco marqua l’année 2018, de ce « 8 » si chère à sa numérologie car il sonne comme le mot « prospérité » en cantonais, avec le Shipping Taurus (20 119 EVP), sorti des cales de Shipbuilding, et Univers maritime (21 237 EVP), lequel relie la côte chinoise à l'Europe et à l'Afrique par la mer de Chine du Sud et l'océan Indien.

Cette année-là, le taïwanais Evergreen a également réceptionné son premier ULVC, le Ever Golden de 20 160 EVP construit par Imabari Shipbuilding tandis que le CMA CGM Antoine de Saint-Exupéry, construit par Hanjin Heavy Industries, émergeait comme le plus grand porte-conteneurs à naviguer sous pavillon français avec une capacité de 20 954 EVP pour desservir la longue route commerciale reliant l'Asie à l'Europe du Nord de son service FAL-1.

2019, année de Maersk

2019 est pour l’heure celle de Maersk, avec son MSC Gülsün (23 765 EVP), le premier porte-conteneurs à avoir 24 rangées sur le pont. Avec 400 m de long, 61,4 m de large et 33,2 m de haut, il offre de 1 000 à 1 500 EVP de capacités supplémentaires. Pour MSC, il s'agit du premier navire d'un programme comprenant 11 commandes de cette taille, dont six auprès de Samsung et cinq chez DSME, à livrer entre 2019 et 2020. Le nouveau-né de la flotte a rejoint le 8 juillet le service 2M Extrême-Orient - Europe, exploité dans le cadre de l'alliance 2M sous les noms commerciaux Silk/AE10. Il relie la Chine et la Corée du Sud à l'Europe du Nord via des escales à Tanjung Pepelas et Algésiras.

Il a déjà des clones ou presque, les MSC Mina (23 656 EVP), MSC Samar, MSC Isabella depuis fin août sur le service AE-2/ Swan (Asie-Europe du Nord) de 2M et les MSC Arina et MSC Leni rejoindront la rotation AE-10/Silk dans les tout prochains jours.

Rapports de force

Selon Drewry, 26 porte-conteneurs de 18 000 EVP et plus ont été livrés aux transporteurs en 2018, le plus grand nombre depuis la mise à l'eau des ULCV (Ultra Large Containership) en 2013. Totalisant une capacité de 525 500 EVP, ils ont été tous déployés sur le trafic Asie-Europe du Nord. En début d'année, le carnet de commandes prévoyait l'afflux sur le marché de 460 000 EVP en 2019 et de 620 000 EVP en 2020, marquant un nouveau record. 

Selon les données de VesselsValue, le carnet de commandes de méga navires totalise 1,2 MEVP, portés par six armateurs : CMA CGM, Eastern Pacific Shipping, HMM, MSC, Shoei Kisen (Imabari, Japon) et Zodiac Maritime. 

Avant sa commande de mars dernier, CMA CGM avait déjà neuf ULCV de 22 000 EVP en commande. Le porte-drapeau du transport maritime français figurait alors parmi les trois premiers armements mondiaux par le nombre, avec 32 navires pour une capacité totale de 359 388 EVP.

Avec les 10 porte-conteneurs de 15 000 EVP commandés ensuite auprès des chantiers navals chinois, qui a toujours la préférence de Rodolphe Saadé, CMA CGM est désormais en 2e position en termes de taille de flotte avec une part de 13 % (36 ULCV d'une capacité de 581 244 EVP), derrière Maersk Line, toujours leader en termes de tonnage global et de capacité, avec 19 % de la flotte et 50 méga-navires d'une capacité cumulée de 886 580 EVP.

Cosco et MSC suivent, avec 33 et 21 respectivement. La compagnie italo-suisse a 9 navires de 23 000 EVP en commande et qui doivent être livrés en 2020 par Samsung et Daewoo. MSC faisant partie de l'alliance 2M avec Maersk, que HMM rejoindra en 2020, l'alliance aurait alors une force d'appoint de 100 ULCS, devant Ocean Alliance avec 85 unités.

Ces commandes ont été placées alors que la frénésie de constructions neuves semblait se calmer, au grand soulagement des observateurs, du fait d'une demande en berne. Elles témoignent certes d'une grande confiance dans la croissance. La question de savoir pourquoi CMA CGM a choisi ce moment là précisément et subtilement pour commander plus d'ULCV reste sans réponses.

A.D.

[Actualisation le 12 septembre] : Le transporteur taïwanais a confirmé son annonce faite mi-août concernant ses commandes portant sur  qui 10 mégamax de 23 000 EVP et a révélé les trois chantiers navals choisis : six auprès du sud-coréen Samsung Heavy Industries et deux aux chinois Jiangnan Shipyard et Hudong Zhonghua Shipbuilding. La valeur totale des commandes se situe entre 1,4 et 1,6 Md$. Ils seront déployés sur des routes vers l'Europe et l'Amérique de l'Ouest.

 

 

 

 

 

Sur le même sujet