©DR

Ioannis Plakiotakis, ministre grec des Transports maritimes : « l'adoption par l'UE de quotas de carbone aura des conséquences négatives pour le transport maritime européen »

Sans ambages, le ministre grec des transports maritimes a dûment critiqué les « plans » de l'UE visant à soumettre le transport maritime au système d'échange de quotas d'émission de l'Union, le SCEQE, à partir de 2022. Le Parlement européen a voté majoritairement dans ce sens et les eurodéputés souhaitent également une réduction des émissions de carbone de 40 % d'ici 2030 sachant que l’OMI a pour sa part fixé une autre échéance : réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre en 2050.

Le représentant de l’État grec, l'une des plus grandes nations maritimes du monde, participait le 14 octobre à un débat organisé par la Chambre internationale de la marine marchande, ICS. Il estime que les quotas européens vont inciter d'autres parties du monde à introduire un tarif similaire en réaction. Il critique également le fait que l'UE lance des initiatives alors que l'OMI avait adopté une stratégie climat. Le gouvernement grec sera un acteur de poids lors de la présentation de la proposition de la Commission, qui devrait avoir lieu d'ici l'été prochain. La décision reviendra au Conseil des ministres de l'UE, qui aura aussi à répondre à la fatidique question : comment.

A.D.