©port Marseille

 

Le port phocéen réalise pour la seconde fois en quinze jours un soutage au GNL en ship-to-ship. Sans le Covid, il n’aurait pas rodé ses infrastructures de si tôt. Le Costa Smeralda, paquebot au GNL du groupe Carnival, y est stationné, assigné à quai par le Covid. En temps normal, le navire doit être avitaillé à Barcelone dans le cadre d’un contrat avec Shell.

Le port phocéen a procédé à une deuxième opération d'avitaillement en GNL et en ship-to-ship le 15 juin. Le 4 mai, le Costa Smeralda, en stationnement dans le port de Marseille Fos en raison de l’épidémie, avait été avitaillé par le souteur Coral Methane, affrété par Shell auprès de l'armateur hollandais Antony Veder.

L’opération a été renouvelée. Et le port en profite pour communiquer sur ses ambitions à être un hub méditerranéen du GNL. Le premier port pétrolier de France aimerait en effet se positionner comme l’une des principales portes gazières du sud-européen. Fos, où se situent les terminaux méthaniers de Tonkin (dont l’activité a été finalement confirmée au-delà de 2020) et Cavaou (configuré pour le chargement de micro-méthaniers pour Elengy), devra composer avec Barcelone, qui s’impose parmi les hub GNL stratégiques en Méditerranée.

Un avitaillement en GNL « ship to ship » à Marseille

Un souteur dédié

À partir de 2021, Marseille aura droit à son souteur, construit par Hudong Zhonghua dans le cadre d’un contrat  entre Total et l’armateur nippon Mitsui O.S.K. Lines (Mol). CMA CGM fera office de premier client. Le navire d’avitaillement alimentera les cinq unités de 15 000 EVP au GNL qui doivent être exploitées sur la ligne Asie - Méditerranée et escaleront à partir de 2021 à Fos.

Le chantier naval chinois a livré dernièrement à Mol le Gas Agility, qui opérera à partir de Rotterdam pour avitailler notamment la série des neuf porte-conteneurs de plus de 23 000 EVP de CMA CGM, dont le premier doit sortir des chantiers dans les semaines qui viennent. Il est affrété à long terme par Total marine fuels global solutions (TMFGS). Le souteur, qui opérera à Marseille, sera un sistership du Gas Agility. Les deux unités auront une capacité de 18 600 m3 et une longueur d'environ 135 m.

Le port méditerranéen, parmi les ports « millionnaires » en croisiéristes, mise par ailleurs sur les escales de paquebots, navires ayant massivement opté pour le GNL pour se conformer aux réglementations. Certains d’entre eux escalent déjà depuis un an.

Enfin, Marseille rappelle être membre de la Society for Gas as a Marine Fuel (SGMF), une ONG créée pour « promouvoir la sécurité et les meilleures pratiques de l'industrie dans l'utilisation du gaz comme carburant marin ». L’association, qui a un statut consultatif à l’OMI, se positionne comme un centre de ressources normatives pour ses 148 membres, majors de l'énergie, autorités portuaires, fournisseurs de carburant, fabricants d'équipements, sociétés de classification… SGMF recense aujourd'hui 185 navires propulsés au GNL en opération dans le monde et 213 en commandes.

A.D.

 

 

Sur le même sujet