©Studio Ponant Fred Michel

 

La compagnie française fondée à Marseille en 1988 à l’initiative de Jean-Emmanuel Sauvée, associé à une dizaine d’officiers de la marine marchande, vient de réceptionner son 9e nouveau-né. D'ici à 2021, Ponant disposera d’une flotte à 12 navires. Elle n'en avait que trois en 2013. 

La compagnie la plus atypique du paysage armatorial français (et sans doute pas que français) vient de réceptionner son 4e de sa gamme classieuse des Explorers, des yachts d’expédition de 131 m de long et de 92 cabines (toutes avec balcon ou terrasse privée) s’aventurant là où les autres ne vont pas, mais pas n’importe comment, a toujours revendiqué la compagnie, qui promeut depuis sa création un « tourisme organisé, raisonné et raisonnable ».

Le 14 juin, Ponant a donc réceptionné Le Dumont-d’Urville, sorti de son chantier de prédilection Vard, la filiale norvégienne du constructeur italien Fincantieri, que la compagnie salue au passage dans son communiqué pour son respect des délais et la qualité de l’ouvrage. Le nouveau fleuron de la flotte a quitté le port Søvik en Norvège pour Bergen, pour son premier départ en croisière.

Quelques mois auparavant, elle avait accueilli dans sa flotte Le Bougainville, portant à 4 les unités de cette classe, après les livraisons en 2018 des Le Lapérouse et Le Champlain. Deux autres suivront en 2020, avec Le Bellot, prévu en avril 2020 et Le Jacques Cartier, attendu en juillet de cette même année.

Taux de remplissage entre 90 et 100 %

En 2018, cette capacité additionnelle avait permis à la société de proposer 230 croisières qu’elle revendique comme « des voyages d’exception aux prestations de haute qualité ». Elle devrait en offrir 340 en 2019 et 430 en 2020. Au total, elle vise 60 000 passagers à cette échéance pour 370 M€ de chiffre d’affaires.

Lors du dernier entretien du JMM avec Hervé Bellaïche, directeur général adjoint de Ponant (en février dernier), le dirigeant faisait état d’un « taux de remplissage conforme aux plans, entre 90 et 100 %. Présenter un taux de remplissage élevé alors que nous avons apporté de la capacité est un vrai motif de satisfaction », indiquait-il.

Un brise-glace bénéficiant d'une motorisation hybride

Avec Le Commandant Charcot, dont la livraison, également par le norvégien Vard, devrait se concrétiser en mai 2021, Ponant disposera d’une flotte à 12 navires. Celui-ci est particulier. Il s’agit d’un paquebot brise-glace de 150 m avec 135 cabines, et bénéficiant d'une motorisation hybride électrique, avec la plus grande autonomie possible à ce jour sur batteries électriques, et consommant exclusivement du GNL.

Pour rappel, Ponant est membre de l’Association internationale des tours opérateurs en Antarctique (IAATO) et de l’Association des opérateurs en croisière expédition en Arctique (AECO). Tous ses navires sont « clean ship » (recyclage, traitement des déchets et des eaux usées, réduction d’émissions de gaz, politique d’achats durables, éclairage LED, etc.) et depuis janvier 2019, un an donc avant la mise en œuvre de la réglementation OMI sur la teneur en soufre des carburants marins, 100 % de sa flotte « carbure » au LS MGO (Low Sulphur Marine Gaz Oil), un combustible à 0,1 % maximum de soufre.

A.D.

Sur le même sujet