Rolf Habben Jansen, PDG de Hapag-Lloyd ©HapagLLoyd

 

À l’occasion d’un point presse, le PDG de Hapag-Lloyd a fait part de son ressenti sur la crise que traverse actuellement le transport maritime de conteneurs et a tenu à rassurer sur la situation financière de la société allemande.

Lorsqu'il s'agit de comparer 2020 avec le scénario auquel le marché du transport maritime par conteneurs se réfère systématiquement ces dernières semaines, soit 2008-2009, le PDG de la compagnie allemande Hapag-Lloyd s’y refuse.

« Le carnet de commandes représentait 50 % de la flotte mondiale en 2008, ce qui a considérablement entravé la reprise du secteur après la crise économique. La situation est différente », a-t-il déclaré lors d'un point de presse. Le faible niveau du carnet de commandes – « 0,2 % de la flotte mondiale », l'absence d'incitation à la commande et le niveau élevé de flotte inutilisée devraient soulager le marché, selon Rolf Habben Jansen. En conséquence, le dirigeant s'attend à une reprise du marché à partir du troisième trimestre de cette année.

Le géant allemand du transport maritime a déclaré qu'il avait obtenu des « liquidités supplémentaires » au cas où il en aurait besoin, soulignant néanmoins que la société dispose actuellement d'une « trésorerie saine et d'un bilan solide ». L'entreprise ne prévoit pas de suppression d'emplois mais n’en exclut pas l’éventualité si la situation devait se détériorer.

Comme ses nombreux homologues, Hapag-Lloyd a réduit ses coûts, diminué de 15 à 20 % sa capacité et mis en veilleuse tous ses investissements « non essentiels »,  y compris ses méga porte-conteneurs.

A.D