La photo interpelle forcément. Il est plus coutumier de voir cette couleur « cerisier du japon » sur les mers que sur les rails. L'opérateur intermodal britannique a ainsi voulu symboliser sa coopération avec l'armateur japonais, durable dans le temps et... dans son bilan carbone.

C'est cette photo, inhabituelle, que le groupe Freightliner a postée sur son compte twitter. Il s'agit de sa locomotive 66 868, nouvellement repeinte en magenta vif, de cette couleur « cerisier du japon » directement identifiable par l'industrie du transport maritime. Le slogan : « As one we can » de ONE. L'opérateur britannique intermodal (rail, route) a voulu, indique-t-il, symboliser sa collaboration avec Ocean Network Express, réseau formé par les trois armateurs japonais (NYK, Mol et K-Line).

Freightliner Group, une filiale de Genesee & Wyoming Inc. (G&W), est l'un des principaux opérateurs de fret ferroviaire au Royaume-Uni, disposant en outre de sa propre flotte (locomotives et camions). Il est par ailleurs présent dans les ports de Felixstowe, Southampton et London Gateway. Il dessert également les ports secondaires de Birmingham, Bristol, Cardiff, Coatbridge, Doncaster, Leeds, Liverpool et Manchester.

770 000 conteneurs

Le groupe revendique opérer une centaine de services quotidiens à travers le Royaume-Uni et transporter plus de 770 000 conteneurs par an. Un autre société du groupe, Pentalver, possède des installations (du stockage au refit de conteneurs) dans les trois principaux ports du Royaume-Uni ainsi qu'un terminal intermodal à Cannock.

Le transporteur maritime japonais et l'opérateur britannique sont liés par un partenariat, qui préexistait avant même la naissance du réseau ONE. Mais en juin 2018, après fusion, un partenariat formel a été officialisé, le contrat portant notamment sur une garantie de capacités et valable sur les principales lignes intermodales du Royaume-Uni.

Transportant davantage de marchandises par rail

À l'époque, Freightliner mettait en avant le bénéfice sur l'empreinte environnementale : « En passant de la route au rail, le contrat permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 67 % par rapport au transport routier, soit 118 320 miles par jour. En outre, ONE permettra d'économiser 180 t de CO2 par jour sur le transport terrestre, ce qui représente une augmentation de 13 % par rapport à l'époque où les trois compagnies maritimes japonaises - MOL, NYK et K-Line - opéraient indépendamment les unes des autres. » ONE insistait pour sa part sur les bénéfices-clients, en termes de fiabilité et de sécurité. 

La rédaction