©Vicat

 

Le groupe français a baptisé à le 11 décembre son premier navire Nice, le Capo Cinto, en présence de sa marraine, la vice-amiral Anne Cullerre, l’une des premières femmes à embarquer sur un navire de combat.

Le groupe cimentier (9 000 personnes, 2,6 Md€ en 2018, 63 % à l’international) fait partie des chargeurs qui ont opté pour la logistique maritime (chaque année, Vicat achète pour 22 M€ de prestations maritimes pour le transport de marchandises d’une valeur de 120 M€) voire investissent dans leur propre flotte.

Le groupe français a baptisé à le 11 décembre son premier navire à Nice, le Capo Cinto, en présence de sa marraine, la vice-amiral Anne Cullerre, l’une des premières femmes à embarquer sur un navire de combat. Actif depuis mi-novembre, le Capo Cinto, qui doit son appellatio au Monté Cinto, point culminant de la Corse à 2 706 m, est l’ex-Kurske construit en 1997 et adapté en 2019. Réaménagé en navire pneumatique équipé d’un auto-déchargeant autonome, le cimentier de 2 000 t est équipé de 14 cuves de 140 tonnes.

Acquis en joint-venture

Long de 90,67 m, immatriculé sous pavillon français, le navire est destiné à approvisionner depuis la cimenterie Vicat de la Grave de Peille (06) principalement les ports corses de Bastia, Porto Vecchio, Ajaccio et Propiano. Il a été a été acquis avec l’armateur ABCRM, associés au sein de la joint-venture ABCV (Agency Bulk Chartering Vicat). ABCRM, entreprise nantaise fournit des services (agent consignataire, courtage maritime) et des solutions de transport par la mer, les fleuves et la combinaison fluviomaritime, notamment pour le vrac sur le Rhône, la Méditerranée et l'Atlantique.

Devançant la mise en place d’une zone ECA en Méditerranée, le Capo Cinto est alimenté par un carburant diesel soufré à seulement 0,1 %. Il est par ailleurs équipé d’un système d’alimentation électrique de courant à quai et doté d’installations de récupération des eaux usées et de tri sélectif.

Adeline Descamps