Dans un rapport intitulé The Impact of Alliances in Container Shipping, l’ITF (International Transport Forum, OCDE) passe au crible l’impact des alliances maritimes sur l’ensemble des parties prenantes de la chaîne du transport. Une analyse à charge.

Un hold-up généralisé ?

Trop puissantes et trop enclines à l’entente illicite, les alliances maritimes? Dans un rapport de 127 pages avec annexes, l’organisation intergouvernementale a réalisé ce que beaucoup attendaient – une étude d’impact – pour confirmer ou infirmer des soup- çons quant à la tendance du transport maritime conteneurisé à devenir monopsone. Et à bafouer les règles de la concurrence dans un marché déjà ultra concentré. Les quatre premiers transporteurs (Maersk, MSC, Cosco et CMA CGM) apportent 60 % de la capacité mondiale. Trois alliances (2M, Ocean Alliance, THE Alliance)* exploitent 95 % de la capa- cité totale des navires et dominent à 80 % les routes maritimes les plus fréquentées.

L’étude analyse (de façon inédite?) dans le détail et sur l’ensemble des parties prenantes « l’effet » de ces consortiums, qui ont pris le relais des « conférences maritimes »** déclarées illégales en 2008 par une décision européenne. Une décision par ailleurs souvent tenue responsable de la volatilité des prix du transport. Dès lors, la tentation a pu être forte pour les transporteurs de continuer à s’entendre– discrètement –, sur les conditions de leur offre, ce que Bruxelles condamne chroniquement.
Le champ lexical du rapport emprunte à l’omnipo- tence. La liste des doléances est longue. Pouvoir de négociation des transporteurs en raison de leur puissance d’achat. Pression sur les prix et les inves- tissements dans les ports. Concurrence destructrice entre les ports et entre les exploitants de terminaux, attisée par l’intégration verticale des transporteurs. Accélération de la consolidation au sein de certains services portuaires (tel le remorquage désormais dominé par quelques acteurs d’influence, comme Kotug Smit et Fairplay). Fragilisation des métiers intermédiaires (transitaires). Érosion de la qualité de service, de la fiabilité des horaires, perturbations dans les chaînes d’approvisionnement...

Régime d’exception

L’ITF publie son rapport alors que la Commission européenne doit se prononcer sur le renouvelle- ment de l’exemption de groupe dont bénéficient les transporteurs maritimes dans le cadre des alliances, mais qui arrive à échéance en avril 2020. Par le règlement 906/2009, les transporteurs sont autori- tés à offrir des services communs pour autant qu’ils ne dépassent pas une part de marché de 30 %, qui peut cependant l’être sous certaines conditions. Sans surprise, au fait de son étude, l’organisation placée sous l’égide de l’OCDE plaide pour sa suppression. Le World Shipping Council (WSC), qui a soumis ses avis à Bruxelles en juin dernier, s’est prononcé pour sa part en faveur de la prorogation, arguant que, sans ce « cadre juridique simple et flexible », « les coûts de mise en conformité et l’insécurité juridique augmenteront », tout en rappelant que la suppression de ce régime mettrait l’Europe en « désaccord avec d’autres juridictions dans le monde, et désavantagerait les transporteurs concentrés sur le trafic européen ».

« De toute évidence, il y a une grande divergence d’opinion », relève en médiateur l’analyste Drewry, rappelant au passage que, « sans exemption, les accords de consortiums de conteneurs ne deviendraient pas automatiquement illégaux. Cela signifierait seu- lement qu’ils seront examinés au regard des règles générales de concurrence ».
Qui a raison? Que penser? D’une part, les alliances seraient devenues trop importantes et les compagnies membres pourraient tout aussi bien fonction- ner indépendamment. D’autre part, le marché est encore fragmenté et aucun transporteur ne pourrait offrir le même niveau de service en agissant seul. D’un côté, les alliances et les accords de partage de navires sont accusés de réduire la concurrence entre transporteurs. De l’autre, sans eux, la consolidation aurait fait plus de victimes et plus rapidement encore. Un juge de paix?

A.D.

Alliances maritimes
 : 
Olaf Merk: « Nous avons constaté une réelle préoccupation »

Les alliances stratégiques dans le transport maritime de conteneurs ont une histoire qui s’étend sur deux décennies. Quelle est la valeur ajoutée de cette étude par rapport à tout ce qui a déjà été dit et écrit? Olaf Merk: Son exhaustivité! Pour autant que nous le sachions – et nous avons étudié des centaines de rapports sur le sujet – c’est la première fois que les impacts des alliances sur l’ensemble de la chaîne logistique maritime sont examiné...
,

Les alliances censées améliorer l’utilisation des navires?

Le partage de navires devait contribuer à optimiser les coefficients de remplissage, qui autrement, auraient été très faibles. Au cours de la période 2015-2017, il y a eu en moyenne 22 voyages à vide par an sur la voie commerciale transpacifique et 13 à14 sur la route Est-Ouest. En moyenne, environ 30 % de ces « départs à blanc » étaient connus moins de quatre semaines à l’avance, engendrant inévitablement des répercussions sur la supply chain. L’ITF mentionne une analyse men...
,

Les alliances, signes avant-coureurs d’une fusion?

Le rapport n’est pas loin de le penser. Il note que la coopération par le biais d’alliances mondiales a souvent jeté les bases d’une fusion. « Elles ont parfois été utilisées pour vérifier si les conditions économiques étaient suffisantes pour une fusion ultérieure. Par exemple, Maersk Line a conclu une alliance stratégique avec Sealand en 1995-1998 avant de l’acquérir en 1999 ». Les alliances pourraient également servir de cheval de Troie pour des prises de participations...
,

Une vie pour les transporteurs indépendants en dehors des alliances?

Difficile d’opérer en dehors des alliances? Wan Hai, comme Pil et Zim, ont fait le choix de se retirer des routes maritimes les plus convoitées pour se spécialiser ailleurs, notamment sur les liaisons régionales et/ou les trafics transpacifiques. En concentrant sa flotte sur le commerce intra-asiatique et sur des ports non desservis par les géants, Wan Hai aurait trouvé sa voie. Le rapport met aussi en exergue l’approche de Zim, qui prétend « profiter du meilleur des deux mondes » en s’engageant dans des accords de...
,

Le point de vue de Drewry

Pour Drewry, les alliances actuelles ne peuvent être tenues responsables des orientations générales de l’industrie du transport maritime – celles qui ont poussé les transporteurs dans une course aux économies d’échelle (elles-mêmes motivées par la faiblesse des rendements) en investissant dans des méga-navires. « Les alliances maritimes actuelles se sont créées à un moment de grandes difficultés financières qui ont entraîné la disparition de Hanjin. En l’...
,

Le cas Gioia Tauro

Dans son rapport sur les impacts des alliances, l’OCDE a mis en exergue les difficultés qu’un port rencontre quand il est mis en balance par ces organisations. Situé en Calabre, le terminal à conteneurs de Gioia Tauro est emblématique des impacts sur les ports de transbordement. Depuis quelques années, la décroissance de ses trafics est constante. Sur les trois dernières années, le port a perdu 17,5 % de ses flux. Cette baisse s’explique par sa dépendance étroite à l’armement MSC, par ailleurs...
,

Espagne
 : 
Les impacts ne sont pas automatiques

Avec la création de trois grandes alliances maritimes, les autorités portuaires craignaient une perte d’escales et une réduction concomitante d’activité et donc d’emplois. Les principaux ports espagnols en matière de conteneurs (Algésiras, Barcelone et Valence), situés en Méditerranée, sont concurrents entre eux et doivent en outre faire face à la pression exercée par les compétiteurs étrangers tels que Tanger Med et Sines. Force est de constater que la dynamique de croissance des...