La Banque de l’infrastructure du Canada a annoncé qu’elle s’engage à financer jusqu’à 300 M$ le projet du port canadien, qui prévoit la construction d’un nouveau terminal à conteneurs à Contrecœur.

Dans le cadre d’une conférence de presse conjointe, le Port de Montréal et la Banque de l’infrastructure du Canada (BIC) ont annoncé un apport de taille pour l’expansion « du plus important port dans l’Est du Canada (...), projet qui doit permettre au port d’accroître et de diversifier les échanges commerciaux internationaux du pays et répondre aux besoins du marché dans les décennies à venir », a fait valoir Pierre Lavallée, président de la BIC, dont le financement complète d'autres apports publics et privés, non précisés.

Cette annonce fait suite à la signature d’un protocole d’entente entre la BIC et les autorités portuaires en août dernier en vue notamment de finaliser le montage financier du projet. « Le mandat de la BIC étant d’attirer des investissements privés dans des projets d’intérêt public, cet appui valide l’importance nationale de notre projet et la solidité de sa structure », a signalé pour sa part la PDG du Port de Montréal, Sylvie Vachon.

Les financement de la BIC vont notamment servir à couvrir les temps commerciaux morts, entre les phases de construction et de la rentabilité.

Pour sa part, le ministre des Transports Marc Garneau a rappelé que « le projet de Contrecœur est central pour le développement de l’industrie logistique et le positionnement de Montréal comme porte d’entrée du marché nord-américain. Investir dans nos infrastructures commerciales  est essentiel à la croissance de notre économie et à la création d'emplois pour les canadiens ».

La rédaction