Le Japon a effectué le premier essai d'utilisation de combustible de soute conforme aux normes de l'OMI à bord des navires côtiers, en prévision de la prochaine étape pour l'avitaillement cette fois des navires de haute mer.

Le ministère japonais de l'Aménagement du territoire, de l'Infrastructure, des Transports et du Tourisme (MLIT) a déclaré que cet essai vise à s'assurer que l'industrie maritime nationale est prête pour le 1er janvier 2020, date à laquelle la réglementation mondiale de l'OMI sur la teneur en soufre de 0,5 % des carburants sera appliquée. Il s'attend à ce que l'approvisionnement en carburants conformes à l'OMI commence à grande échelle pour les navires à partir de septembre de cette année, ce qu'estiment aussi les fournisseurs de carburants. 

Aux termes d'une période de test d'une semaine fin juin, le ministère a déclaré qu'il n'avait pas été confronté à des problèmes majeurs concernant le mélange et l'utilisation de combustible de soute ayant une teneur en soufre inférieure à 0,5% sur quatre navires côtiers qui utilisent du fioul lourd. D'autres essais doivent encore être effectués d'ici la fin juillet, indique le rapport.

Le MLIT a également voulu rassurer sur la disponibilité du LSFO. JXTG Nippon Oil & Energy, le plus grand raffineur du Japon (jusqu'à 50 % de l'approvisionnement en combustible de soute domestique) se dit prêt à commencer à fournir des soutes conformes à l'OMI en octobre. La Petroleum Association of Japan a également déclaré que les raffineurs japonais seront en mesure de fournir des soutes à soufre à 0,5 % d'ici octobre/novembre de cette année.

La rédaction

IMO 2020 : Y aura-t-il du fuel dans les ports après Noël ?