©Equinor

La société norvégienne et la major pétrolière britannique ont annoncé avoir signé un accord selon lequel Equinor vend à BP sa participation de 50 % dans les projets américains d’Empire Wind et de Beacon Wind. Valeur de la transaction : 1,1 Md$. BP entre dans l’éolien offshore par la grande porte.

La compagnie pétrolière britannique a annoncé cette semaine, par le biais de son magazine interne, qu'elle avait conclu un partenariat stratégique avec Equinor pour développer de grands parcs éoliens offshore aux États-Unis et pour exploiter conjointement d'autres possibilités d'éoliennes offshore dans le pays. L'accord avec Equinor par lequel BP achètera 50 % des actifs d'Empire Wind et de Beacon Wind d'Equinor vaut environ 1,1 Md$, a annoncé la major.

« Equinor restera l'opérateur des projets pendant les phases de développement, de construction et d'exploitation », a-t-il indiqué, précisant que l’accord devrait être finalisé au début de 2021.

Les deux parties prenantes déclarent par ailleurs « examiner d’autres opportunités éventuelles de collaboration aux États-Unis dans le domaine de l'éolien en mer posé et flottant.» L'accord de transfert des parts devrait être conclu au début de 2021, sous réserve des autorisations réglementaires. 

Le « voyage » vers la transition énergétique des majors du pétrole

Quelques semaines après avoir annoncé une stratégie d'investissement à faible intensité de carbone et un engagement dans la production d'énergie renouvelable à environ 50 GW d'ici 2030, BP fait son entrée dans l’éolien offshore par la grande porte.
Les deux projets, situés sur la côte est des États-Unis, totalisent une capacité de production de 4,4 gigawatts (GW) permettant d’alimenter plus de deux millions de foyers : 2 GW pour Empire wind, au sud-est de Long Island dans l’État de New York, contrat obtenu par Equinor début 2017 au prix de 42,46 M$ et 2,4 GW pour Beacon wind, au large du Massachusetts, concession emportée en 2019 pour 135 M$. Pour le premier, les travaux de construction d’un parc de 816 MW pour alimenter l’équivalent de l’État de New York doivent démarrer en 2022. Le second en est encore au stade des études.

BP détient déjà des activités dans l’éolien terrestre aux Etats-Unis d’une capacité d’environ 1,7 GW.

La rédaction