D’après Reuters, la Chine a approuvé l’exonération fiscale sur les exportations de carburant maritime LSFO ou VLSFO, ouvrant la voie à une augmentation de la production des raffineurs chinois.

Le Conseil d'État chinois a donné son feu vert à l'exonération des taxes sur le fuel à 0,5 % ou à très faible teneur en soufre (VLSFO). La Chine prélève aujourd’hui une taxe de 1 218 yuans (175,73 $) par tonne et 13 % de la TVA sur la production de fuel. Des coûts qui rendent ses raffineurs peu compétitifs par rapport à leurs concurrents régionaux, notamment de Singapour et de la Corée du Sud.

Les acteurs du marché, qui ont depuis longtemps anticipé la décision de Pékin, se disent prêts à lancer la production de carburants à faible teneur en soufre, carburant conforme à la nouvelle réglementation de l’OMI, en vigueur depuis le 1er janvier et qui impose des carburants à moins de 0,5 % de soufre.

Il se pourrait toutefois que Pékin restreigne, voire interdise, les exportations de carburant marin afin que les entreprises se concentrent sur la croissance du marché intérieur et pour aider des villes côtières comme Zhoushan, à l'Est de la province de Ningbo, qui se positionne comme un centre régional de soutage. Les raffineurs chinois fourniront le VLSFO à des entrepôts sous douane le long de la côte du pays, et de là, ils seront vendus au détail par une douzaine de distributeurs agréés de soutage.

China Marine Bunker Co Ltd (Chimbuso), détenue en partie par PetroChina, et le raffineur principal Sinopec Corp, sont les principaux fournisseurs de soutes, consolidant près de 90 % du marché total des soutes sous douane de la Chine, soit 12 Mt par an.

La rédaction