©DR

Les données de Clarksons donneront du grain à moudre à ceux qui lient réduction de la vitesse et émissions polluantes. Une relation une nouvelle fois avérée.

Depuis 2008, les navires ont bien ralenti. Selon les calculs de Clarkson Research Services, les navires circulent en moyenne 17,4 % plus lentement qu'en 2008. La baisse dans certains secteurs est plus sensible, comme les porte-conteneurs, dont les vitesses moyennes ont chuté de 25 % au cours des douze dernières années.

La date 2008 n’est anodine. Elle est l’année qui sert référence pour les objectifs visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). L'Organisation maritime internationale exige du secteur des transports maritimes qu’il réduise ses émissions de GES d’au moins 50 % d'ici 2050, l'intensité en carbone des émissions de 40 % d'ici 2030 et de 70 % d'ici 2050, par rapport aux niveaux de 2008. Les données de Clarkson montrent par ailleurs que le transport maritime a réduit ses émissions de CO2 de 10,7 % au cours des dix dernières années.

Au cours du premier semestre de cette année, la vitesse moyenne de la flotte a encore diminué de 1,4 % par rapport à l'année 2019. Le seul secteur qui fasse exception à la règle est celui des transporteurs de brut, dont les vitesses moyennes ont augmenté de 0,9 % au cours des six premiers mois de l'année.

La rédaction