©Bolloré Ports

Bolloré Ports et APM Terminals ont lancé officiellement, en présence de représentants du gouvernement, le chantier du second terminal à conteneurs d'Abidjan, le principal port de Côte d'Ivoire.

Suite à la signature du contrat avec China Harbour Engineering Company (CHEC) en août, les travaux d’aménagement du Abidjan Terminal de Côte d'Ivoire (CIT), le deuxième terminal à conteneurs d'Abidjan, ont été lancés le 5 octobre. D’une superficie de 37,5 ha, aménagé sur des terres nouvellement conquises à côté de l'ancien terminal Vridi d'Abidjan, le CIT sera exploité par une coentreprise réunissant Bolloré Ports et APM Terminals. La nouvelle installation apportera à Abidjan une capacité supplémentaire de 1,2 MEVP par an dans sa première phase de développement, qui devrait être achevée d'ici la fin de 2021.

Une fois terminé, le CIT disposera d'un quai de 1 100 m à une profondeur de 16 m et équipé de grues STS. Le terminal sera en outre doté de 1 100 prises reefers. Selon Bolloré, le développement du CIT représente un investissement global de 262 milliards de CFA (468 M$). L’infrastructure sera construite dans le respect des normes environnementales les plus strictes (équipements alimentés par énergie verte, notamment) et ses promoteurs visent à obtenir une certification « Green Terminal ».

14 000 EVP

Ces dernières années, la Côte d'Ivoire a atteint un taux de croissance du PIB de 6 à 7 % par an en moyenne. Le CIT entend non seulement répondre aux besoins du marché local, mais aussi servir de porte d'entrée privilégiée pour les pays voisins comme le Burkina Faso, le Mali et le Niger, qui dépendent actuellement de routes moins optimales en raison des restrictions de capacité des terminaux des portes d'entrée locales. 

« Une fois que le CIT sera opérationnel, Abidjan sera le seul port d'Afrique de l'Ouest capable de traiter de grands navires jusqu'à 14 000 EVP et créera donc une proposition de valeur compétitive, ouvrant ainsi de nouvelles opportunités »,  a commenté à l’occasion de la cérémonie officielle David Skov, responsable du portefeuille Afrique et Moyen-Orient chez APM Terminals. Le CIT cible entre autres les chaînes de valeur agricoles, notamment les producteurs locaux de cacao, d'anacarde et de mangue.

A.D.