Lors d'une conférence de presse, le président américain Donald Trump a déclaré qu'il s’était entretenu avec le président de la Carnival Corporation, Mickey Arison, de la possibilité d’utiliser des paquebots si cela s'avérait nécessaire dans le cadre de luttre contre le coronavirus.

« Avec la propagation continue de COVID-19 qui devrait exercer une pression supplémentaire sur les établissements de santé voire une possible pénurie de lits d'hôpitaux, Carnival Corporation et ses marques [Carnival, Costa, Princess, Seabourn, P&O Cruises, Aida, Cunard, Holland, NDLR] invitent les gouvernements et les autorités sanitaires à envisager d'utiliser les navires comme des établissements de santé temporaires pour délester les hôpitaux de faàçon à ce qu’ils puissen recevoir les patients les plus critiques. Dans le cadre de l'offre, les parties intéressées ne couvriraient que les coûts essentiels de l'exploitation du navire pendant son séjour au port », a indiqué la société. 

L’affaire n’est pas inédite. Des paquebots ont déjà été déployés pour des secours en cas de catastrophe ou à usage de logements d'urgence. Après l'ouragan Maria en 2017, le Grand Celebration a servi de logement au personnel d'intervention, puis offert un abri temporaire aux personnes déplacées. À la suite de l'ouragan Irma cette année-là, quatre navires de la Royal Caribbean ont servi dans un usage similaire.

Servir de logements aux sans-abri

En octobre 2018, le Grand Célébration a annulé deux mois de navigation pour une opération de secours d'urgence dans le Massachussetts. Il a été affrété par la société de services publics Columbia Gas pour héberger des centaines de techniciens après une série de fuites de gaz.

En 2017, la ville de Dublin a envisagé un temps d'affréter un paquebot pour fournir de logement aux sans-abri, mais elle a finalement renoncé. En 2015, l'Office suédois des migrations avait déjà envisagé d'affréter des paquebots et des installations flottantes d'hébergement en mer pour un même empli dans des ports comme Stockholm, Göteborg, Malmö, Oskarshamn, Uddevalla et Gävle.

La rédaction