Concerné par un sinistre coûteux sur un de ses porte-conteneurs en début d'année, Hapag Lloyd, qui avait déjà développé un algorithme capable de déceler dans son système de réservation les défauts de déclaration des marchandises, infligera à partir du 15 septembre une amende de 15 000 $ par conteneur déclaré.

Le début d'année 2019 sera sans doute au-dessus de la moyenne historique en termes d’avaries, notamment dans la catégorie des incendies. Á chaque événement, la problématique de la cargaison se pose. « Les sinistres sont le fait de marchandises mal déclarées » et de « matières dangereuses mal transportées », ne cesse d'alerter l'International Union of Marine Insurance (Iumi), représentant 42 associations d’assurance et de réassurance nationales et maritimes.

Selon l’assureur international TT Club, 66 % des incidents liés à des dommages au fret, dont les coûts sont estimés à plus de 500 M$ par an, peuvent être attribués aux défaillances dans le processus d’emballage, certes dans l’arrimage, mais aussi et surtout dans l’ identification, déclaration et documentation des marchandises. « Les marchandises sont emballées avant qu’ elles ne parviennent sur le navire de l’ armateur ou chez le transporteur, lesquels dépendent de la déclaration et bonne foi de l’expéditeur quant au contenu du conteneur ».

Selon le Système de notification des incidents de cargaison (CINS), une initiative des compagnies maritimes lancée en 2011 dans l’objectif d’accroître la sécurité de la navigation, près de 25 % de tous les incidents graves à bord des porte-conteneurs sont attribuables à des déclarations erronées de fret.

Sévérité

Après avoir développé un algorithme « profiler » afin de déceler dans son système de réservation les défauts de déclaration des marchandises, Hapag Lloyd emploie la manière forte. Le transporteur de conteneurs allemand a notamment été concerné en début d'année par un de ces sinistres coûteux sur son Yantian Express, porte-conteneur de 7 510 EVP victime d'un incendie qui a détruit 320 conteneurs et endommagés 460 autres si bien qu'il a été contraint de déclarer l'avarie commune.

À compter du 15 septembre. Hapag-Lloyd imposera une amende de 15 000 $ par conteneur mal déclaré (sans visiblement faire la part entre la déclaration tompeuse faite sciemment et celle qui ne relèverait pas d'une volonté de frauder). « Afin d'assurer la sécurité de notre équipage, de nos navires et autres cargaisons à bord, Hapag-Lloyd tient l'expéditeur pour responsable de tous les coûts et conséquences liés aux violations résultant de cas de cargaisons non déclarées ou mal déclarées », a déclaré le transporteur allemand dans une note d'information à ses clients.

Il n'est pas le seul armement de ligne régulière à sévir. OOCL a également choisi de durcir le ton contre les marchandises dangereuses qui ne seraient pas déclarés comme telles. Dans un avis à la clientèle, l'ex-armement du Golfe acquis par Cosco a annoncé que compte tenu du « nombre croissant d'incidents maritimes signalés en 2019, dont beaucoup étaient soupçonnés de transporter des marchandises potentiellement dangereuses non déclarées et/ou déclarées à tort », il va revoir ses conditions d'acceptation du fret dangereux et revoir sa politique de contrôle des conteneurs « par des vérifications supplémentaires avant chargement,  et par des inspections ponctuelles ou au hasard des marchandises dangereuses ou de marchandises potentiellement dangereuses ». Toute incohérence entre la cargaison déclarée dans les documents et sa réalité constatée entraînera des frais pour fausse déclaration de fret dangereux, a indiqué le transporteur, sans toutefois donner de détails sur le montant de l'amende.

Le Taiwanais Evergreen l'a indiqué pour sa part. Toute « dissimulation, omission ou fausse déclaration » de marchandises dangereuses coûtera 35 000 $ par conteneur à son propriétaire.
 

A.D.