©Hapag-LLoyd

L’armateur allemand de porte-conteneurs anticipe un Ebit d'environ 500 M€ pour le premier semestre de l'année, soit une augmentation de 28 % par rapport à la période comparable en 2019. Les bons résultats commerciaux au deuxième trimestre ont compensé les dévaluations du coût du bunker au premier trimestre.

La compagnie maritime allemande pourrait enregistrer un résultat en nette amélioration si les données préliminaires publiés par la compagnie ces derniers jours se confirmaient. Hapag-Lloyd estime que son excédent brut d’exploitation (résultat d'exploitation avant intérêts, impôts et amortissement, Ebitda en comptabilité anglaise) devrait s’établir à 1,1 Md€ à l’issue des six premiers mois de l’année contre 956 M€ à la même période l'année dernière. Son bénéfice avant déduction des charges, des produits d'intérêt et des impôts (Ebit) pourrait atteindre 500 M€. C’est nettement au-delà des résultats affichés à l’issue du premier semestre de 2019, à 389 M€.

Conteneur : les compagnies maritimes pourraient bien créer la surprise

Le transporteur public allemand avait pourtant annoncé un Ebit de seulement 160 M€ fin mars, les résultats avaient été ont été tirés vers le bas par les coûts élevés des bunkers, une dévaluation de la valeur des stocks et d’autres instruments financiers. Néanmoins, Hapag-Lloyd se sent toujours dans une zone à risques élevés en raison de l’incertitude persistante quant à l’ampleur des impacts économiques du virus. La compagnie maintient néanmoins ses prévisions initiales de bénéfices pour l'année, à savoir un Ebitda compris entre 1,7 et 2,2 Md€ et un Ebit, entre 500 millions et 1 Md€. Elle a d’ores et déjà atteint la fourchette basse pour ce qui est des anticipations de son résultat d’exploitation. Le titre a augmenté de 8,8 % à l’annonce des données préliminaires, à 55,90 €.

La rédaction